Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juillet 2019 2 09 /07 /juillet /2019 07:00
TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

 

 

RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN)

L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

 

 

Occupé à toutes les époques depuis le néolithique, Ribeauvillé apparaît, au VIIIème siècle, dans des documents sous le nom de "Radboldovilare" qui a donné en allemand "Rappoltsweiler" et en alsacien "Rappschwihr". Ces documents sont des donations d'un comte de Sundgau (768) et de l'abbaye de Saint-Denis (777). Le suffixe "vilare" évoque un domaine rural, celui de Ratbold (différemment orthographié) est certainement un nom de personne. Ces biens pouvaient avoir fait partie du duché d'Alsace puis du patrimoine des comtes d'Eguisheim, enfin, par mariage, des biens du duché de Franconie.

Les terres de Ribeauvillé passent des ducs de Franconie aux évêques de Bâle qui les cèdent à Egenolphe d'Urslingen en 1162 dont les descendants prennent le nom de Ribeaupierre (Rappoltstein, en allemand). Les seigneurs habitent le château de Ribeaupierre appelé, lors de sa reconstruction en 1435, Saint-Ulrich, du nom du patron de la chapelle castrale. Au XIIIème siècle, ils construisent les châteaux de Giersberg et le Hohrappoltstein (Haut-Ribeaupierre). Ribeauvillé s'agrandit et, en 1287, la ville est dotée de remparts.

En 1525, la participation des habitants à la guerre des Paysans est durement réprimée. En 1563, Egenolphe III essaie, sans grand succès, d'introduire la Réforme. À la mort de Jean-Jacques, le 28 juillet 1673, le dernier des Ribeaupierre, la seigneurie passe à son gendre, Christian de Birkenfeld, de la famille des comtes palatins qui reconnaissent la souveraineté française, mais conservent la seigneurie jusqu'en 1801.

L'église gothique, entièrement voûté d'ogives, est entamée par le chœur en 1282 et se poursuit au cours des XIVème et XVème siècles vers l'ouest : d'abord par la nef avec son alternance de supports et ses bas-côtés simples puis par le portail sculpté vers 1400 (dont le tympan trilobé présente une Crucifixion surmontée d'une Vierge à l'Enfant) et enfin le reste de la façade occidentale assez simple achevée vers 1473.

En 1876, le chœur pentagonal primitif situé sur l'ancien caveau des Ribeaupierre est démoli puis reconstruit à l'identique (avec réemplois) au-delà d'un nouveau transept néo-gothique composé d'une croisée carrée, d'un croisillon sud et du clocher surélevé au nord dont les trois premiers étages datent du XIVème siècle.

L'église possède une Vierge à l'Enfant en bois et un statuaire représentant le Mont des Oliviers datant de la fin du XVème siècle ainsi que deux panneaux sculptés du début XVIIème représentant une Annonciation et une Nativité.

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire. Le portail principal

(Photo János KOROM)

 

 

 

L'orgue est l’ancien orgue du Temple-Neuf de Strasbourg, cet instrument revêt une signification particulière, puisque c'est le premier instrument construit dans le style français en Alsace. La paroisse du Temple-Neuf, la plus importante paroisse protestante de Strasbourg, commande, en 1700, un orgue neuf au facteur local Friedrich Ring, chez qui Andreas Silbermann avait également travaillé. Le contrat prévoit un orgue de 25 jeux sur trois claviers et pédalier, de type plutôt germanique avec son Oberwerk et son Bourdon 32' de pédale. Ring meurt prématurément le 14 mars 1701, alors que seul le buffet est achevé. On s'adresse alors au facteur Claude Legros, qui construit, en 1702, un orgue de style français de 27 jeux sur trois claviers et pédalier, dont un positif de dos non prévu par Ring. La pédale de Legros n'ayant pas donné satisfaction pour l'accompagnement des chorals, une nouvelle pédale de sept jeux est placée, en 1707, par les frères Andreas et Gottfried Silbermann.

Mais, malgré cette amélioration, l'orgue Legros ne ne donne pas entière satisfaction et un nouvel orgue est commandé à Johann Andreas Silbermann, qui en fait son chef-d'œuvre. L'ancien orgue est alors vendu, en 1748, au magistrat de Ribeauvillé et transféré par Johann Georg Rohrer. Dans l'église paroissiale de Ribeauvillé, un orgue est attesté dès 1471, et l'orgue Legros remplace un instrument en nid d'hirondelle, construit par Rupprecht Eckstetter en 1500.

L'étendue des claviers fut portée de 49 à 51 notes par Joseph Callinet en 1824, et celle du pédalier à 27 notes par Émile Wetzel en 1893. En 1933, Adolphe Blanarsch pneumatise la traction, détruisant tous les sommiers anciens. Toutefois, il conserve beaucoup de tuyaux Legros ou Silbermann. En 1975, un incendie endommage l'instrument. Les tuyaux survivants servent de point de départ à la reconstruction de l'orgue, en 1984, par Alfred et Daniel Kern. La composition d'origine est rétablie, mais un Récit est ajouté dans le buffet d'Oberwerk et deux jeux sont ajoutés à la Pédale par rapport à 1707.

Le buffet, sur trois étages, est restauré et reconstitué lors de la reconstruction de l'orgue en 1984. La partie supérieure du grand buffet est couronnée par un « Kronwerk » en trois parties (trois tourelles trilobées, dont celle du centre encadrée par deux plates faces). Seule la partie centrale du « Kronwerk » renferme le clavier de Récit/Oberwerk.

La traction mécanique suspendue des claviers est de Kern. Le tirage mécanique des jeux du Positif est placé dans le dos du buffet du Positif de dos. La console, dont les feintes des claviers sont en os, est en fenêtre. Le pédalier est droit.

La tuyauterie en étain de la façade est neuve et comporte quelques tuyaux muets. La tuyauterie est remise au ton et les bourdons sont à calottes soudées. Les sommiers de la pédale sont placés derrière le grand buffet. La tuyauterie de l'Écho est placée dans le soubassement du buffet. Le système de vent comprend deux grands soufflets à plis placés en hauteur derrière l'orgue ainsi qu'un troisième soufflet à plis, placé près de la soufflerie.

La partie instrumentale de l'orgue est classée « monument historique » le 9 avril 1976 alors que le buffet l'est le 9 novembre 1976.

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire. Tympan de la porte principale

(Photo Ralph HAMMANN)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire.

(Photo Ralph HAMMANN)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire.

(Photo Ralph HAMMANN)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire.

(Photo Ralph HAMMANN)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire.

(Photo Ralph HAMMANN)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire.

(Photo Stefano MERLI)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire.

(Photo Stefano MERLI)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire.

(Photo Stefano MERLI)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire.

(Photo BUFO88)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire. Le maître autel

(Photo Philippe SOSSON)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire. Statue de Saint-Sébastien (XIXe).

(Photo Ralph HAMMANN)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire. La nef et l’orgue

(Photo Stefano MERLI)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire. L’orgue

(Photo Ralph HAMMANN)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire. L’orgue (détail)

(Photo Ralph HAMMANN)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire. La chaire

(Photo Stefano MERLI)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire. La chaire (détail)

(Photo Stefano MERLI)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire. Vue de la nef vers le chœur

(Photo Stefano MERLI)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire. Autel secondaire "St-Joseph" de Th.Klem (XIXe)

(Photo Ralph HAMMANN)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : RIBEAUVILLE  (HAUT-RHIN) - L'EGLISE SAINT-GREGOIRE

RIBEAUVILLE – Eglise Saint-Grégoire. Vue du vignoble

(Photo Eric SPENLE)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens