Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2019 2 05 /02 /février /2019 08:00
TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

 

 

SAUVETERRE-DE-BEARN

PYRENEES-ATLANTIQUES

 

 

Sauveterre-de-Béarn est édifiée sur une terrasse qui surplombe la rive droite du gave d’Oloron. Au Moyen-Âge, la cité bénéficie d'une position stratégique dans la vicomté du Béarn. Le bourg fortifié est à l'époque une terre d’asile, un lieu de commerce prospère et une place forte redoutable.

Le nom même de Sauveterre renvoie aux sauvetés, fondées en nombre en Aquitaine au XIème siècle dans un climat de croissance et de violences féodales. Il s'agit de villages d'Eglise placés sous la protection de la croix pour jouir de la Paix de Dieu. Toutefois, Sauveterre sort de ce modèle puisque fondée par une autorité laïque, le vicomte de Béarn Centule V (1054-1090), dans un contexte guerrier.

Centulle, allié à l'évêque d'Oloron, puissant légat du pape, s'est employé à soustraire par les armes à l'évêque et au vicomte de Dax la vicomté de Soule et cette région, riche de "l'or blanc" de Salies. Au regard de la sauveté, on peut dater la naissance de Sauveterre des années 1060-1080. Elle attire ainsi des serfs fuyant leur servage et le seigneur de leur lieu ne peut les y poursuivre. Ce statut de "sauveté" ne sera bien évidemment pas étranger au développement commercial ultérieur de la cité.

Situé dans la partie ouest du pays, à la frontière de la Soule, Sauveterre, camp retranché puissant, constitue un des principaux maillons de l’organisation défensive du territoire. De plus, la cité est également une halte indispensable pour les pèlerins de St-Jacques-de-Compostelle poursuivant leur chemin vers la Navarre. L'hôpital  Saint Antoine les accueillait au nord de la cité et l'Hôpital Saint Jacques près du pont. Dès la fin du XIIème siècle, une église dédiée à Saint André commence à être édifiée. Fortifié, le bâtiment participe alors aux défenses de la ville.

À la fin du XIIIe siècle, Gaston VII Moncade, seigneur du Béarn, renforce les fortifications de Sauveterre-de-Béarn et en 1274, Philippe III le Hardi y concentre des troupes.

Non loin de l'imposante tour aujourd'hui appelée Tour Monréal, et en face de l'hôpital des pèlerins de Compostelle, un premier pont fortifié " à piles de pierres et tabliers de bois " est bâti sur le gave d'Oloron. Situé en contrebas du bourg, cet ouvrage fixe, relie la cité de Sauveterre à l'île de la Glère située au milieu du gave.

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Vue depuis les rives du Gave d’Oloron

 

 

 

Le pont de Sauveterre est à l'époque l'un des quatre lieux de passage du gave dans toute la vicomté de Béarn, les autres étant les ponts d’Orthez, de Navarrenx et d’Oloron-Sainte-Marie. Le franchissement du pont de bois (appelé alors  " Pont Maïor " et qui, transformé, deviendra bien plus tard " Le Pont de la Légende ") confère dès lors à Sauveterre-de-Béarn le contrôle des voies transitant vers la Navarre, en Espagne.

Au XIVème siècle, la politique de Gaston III de Foix-Béarn (dit Gaston Fébus) profite beaucoup à Sauveterre-de-Béarn. Sous son administration, la cité prospère encore davantage et conforte sa position clef dans la vicomté de Béarn. Ses marchands jouent un rôle actif dans les échanges entre Pampelune et Bayonne et outre les corps de métiers relatifs à une cité normale (serruriers, couteliers, teinturiers, meuniers etc.…), la présence de  banquiers étrangers est attestée dans la ville ce qui confirme l’importance du bourg.

Entre 1362 et 1364, deux familiers de Gaston Fébus sont originaires ou résident à Sauveterre : Arnauton de la Carrere cumule les titres de secrétaire, serviteur, et notaire de Gaston III, P. de Gotz, un très riche marchand et bourgeois de la cité, ceux de conseiller de Fébus et trésorier du Béarn. Leur présence confirme l’importance du bourg et des liens qu’entretenait Gaston Fébus avec la bourgeoisie locale. À cette époque, les fortifications de Sauveterre-de-Béarn sont renforcées et améliorées. La construction du château vicomtal est en constante évolution et l'ancien pont de bois sur le gave d'Oloron est remplacé par un nouveau pont en pierres en trois parties doté de nombreux aménagements, dont un pont-levis.

Au XVe siècle, sur la rue dite de Pleguignou est bâti un arsenal. En avril 1462, le roi de France Louis XI rencontre non loin de Sauveterre-de-Béarn Jean II d'Aragon et Gaston IV de Foix-Béarn. Contre le paiement de 300 000 écus d'or, Louis XI accepte de mettre à disposition du roi d'Aragon une soldatesque considérable, fantassins et cavaliers, pour aider ce dernier à mâter une révolte en Catalogne. Un traité sera bien signé à Bayonne la même année, mais la somme promise ne sera jamais payée...

Au début du XVIe siècle, lors de la guerre de Navarre, les espagnols envahissent le Béarn à la poursuite d’Henri II d’Albret et en l'an 1523, les troupes espagnoles de Charles Quint, sous le commandement de Philibert de Challon, prince d’Orange, assiègent Sauveterre-de-Béarn. Après un siège long et éprouvant, tant pour ses défenseurs que pour sa population, la cité est contrainte à capituler. Les espagnols entrent dans la ville, s'y installent et s'y livrent à des saccages dont l'église Saint-André aura à souffrir plus particulièrement. Plus tard, le baron béarnais de Miossens et " soixante braves hommes " pénètrent de nuit, dans la ville occupée, par la porte des immondices de la tour de Domezain et profitant de l'effet de surprise, le commando de "patriotes" massacre les envahisseurs et reprend finalement possession de la cité.

Au milieu du XVIIe siècle les huguenots de Jeanne d'Albret, partisans de la Réforme, sont nombreux à Sauveterre-de-Béarn. Un temple y est édifié, et la ville reçoit l'un des six "colloques" du Béarn protestant. De ce fait, la cité aura donc à souffrir des affrontements entre huguenots et troupes catholiques du roi de France. En 1529, à l'issue d'affrontements entre les deux partis, le château vicomtal sera presque totalement détruit et l'église Saint-André sera à nouveau fortement endommagée. En 1580, les défenses nord de Sauveterre sont renforcées et et le Fort de Tolose construit.

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Vue sur l'Eglise St André et la Tour Monréal depuis les berges du Gave d’Oloron

(Photo Office de tourisme du Béarn des gaves)

 

 

 

En 1580, le toit du château et sa galerie surplombant le gave sont ainsi réparés sous la direction du capitaine de Bastanés. D'autres travaux sont entrepris sur l'édifice entre 1593 et 1595 et des latrines y sont construites en 1610. Mais alors que le bâtiment est de nouveau en état, dix ans plus tard, l’annexion du Béarn à la France consacre son abandon définitif. Les corps de bâtiment ne seront plus conservés que pour abriter des geôles et dès lors Sauveterre-de-Béarn ne jouera plus désormais de rôle prépondérant dans l'histoire du pays.

Les troubles liés à la Révolution française laisseront aussi des traces de dévastation sur les édifices de Sauveterre. En 1789, les fors de Béarn seront abolis par la Révolution et progressivement, les habitants de Sauveterre, comme tous les béarnais d'ailleurs, devront abandonner le gascon, langue qui fut celle de l'État souverain de Béarn. Le village fera ainsi partie du département des Basses-Pyrénées, lequel deviendra en 1969 les Pyrénées Atlantiques. La renommée de la vieille cité fortifiée renaîtra dans la deuxième partie du XXème siècle avec l'essor du tourisme en Aquitaine. Le patrimoine historique et architectural du lieu sera reconnu à sa juste valeur et il vaudra à Sauveterre-de-Béarn le surnom envié de "Perle du Béarn".

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Vue sur la cité médiévale depuis l'île de la Glère.

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – L’église Saint-André et la Tour Monréal

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Le Pont de la Légende sur le Gave d’Oloron

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Pont fortifié dit Pont de la Légende vu depuis le haut du village

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Pont fortifié dit Pont de la Légende

(Photo Martin PRUNIERES)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Pont fortifié dit Pont de la Légende et la cité médiévale

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – L’Hôtel de Ville

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Vestiges des fortifications.

(Photo Daniel VILLAFRUELA)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Vue sur le Gave d'Oloron

(Photo Office de tourisme du Béarn des gaves)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Le Pont de la Légende et le Gave d'Oloron vus des remparts

(Photo Office de tourisme du Béarn des gaves)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Berges de l'Île de la Glère et gave d'Oloron.

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Vue sur le gave d'Oloron surplombé par la Tour Monréal et l'église Saint-André.

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – La Tour Monréal

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Vue sur le Pic de Sesques (2606 mètres)

(Photo Tangopaso)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Le village vu depuis les berges du Gave d’Oloron

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Chapelle St. Martin de Sunarthe

(Photo Havang)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Eglise Saint-André. Chevet 

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Parvis de l'église Saint-André

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Eglise Saint-André

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Eglise Saint-André. Tympan de la porte d’entrée

(Photo Daniel VILLAFRUELA)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Le chœur de l’église Saint-André

(Photo Tangopaso)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Le maître autel de l’église Saint-André

(Photo Tangopaso)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – La nef de l’église Saint-André

(Photo Tangopaso)

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Le Gave d’Oloron dans le village

 

 

 

TRESORS DU PATRIMOINE FRANCAIS : SAUVETERRE-DE-BEARN  (PYRENEES-ATLANTIQUES)

SAUVETERRE-DE-BEARN – Le Gave d’Oloron dans le village

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens