Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2018 5 23 /11 /novembre /2018 12:00
L'ABSENTEISME AU TRAVAIL COUTERAIT 108 MILLIARDS D'EUROS PAR AN

 

A l’heure où gouvernement, collectivités territoriales et entreprises privées cherchent des économies on se repose, dans toutes ces entités, la question de l’absentéisme au travail. Car tout le monde sait depuis des lustres qu’excepté les causes de maladie ou accidents beaucoup d’absences sont « évitables ». Management désuet, manque de proximité, directives autoritaires ou hiérarchie inexistante... autant de raisons qui provoquent un absentéisme « caché » qui pèse lourd dans tous les secteurs.

 

Une énorme facture

La facture est énorme. Selon une étude de l'institut Sapiens révélée par le quotidien « Le Parisien-Aujourd'hui en France », l'absentéisme « caché » pèserait presque 108 milliards d'euros en France. C'est « l'équivalent du budget de l'éducation nationale qui part en fumée tous les ans », s'alarment les auteurs de l'étude qui ajoutent que ce montant « manque aux entreprises, à l'État et, en bout de course, à la croissance française ». Pour établir ce constat, le think tank libéral a calculé le coût total des salaires versés aux absents par l'entreprise en y ajoutant le coût des mesures prises en interne pour remédier à ces manquements.

 

Absentéisme en hausse régulière

Le chiffre est en hausse régulière, selon le rapport. Dans notre pays, l'absentéisme représente 6% des heures de travail dans le secteur privé, soit 10,1 jours d'absence en moyenne par personne et par an et près du double dans le secteur public, selon les recherches de l'institut de socio-économie des entreprises et des organisations (ISEOR). Un chiffre qui a augmenté de 28% depuis 2007 et qui représente aujourd'hui 16% du montant total des salaires versés en France.

 

Management obsolète

Si un tiers des absences sont dus à des maladies, aux accidents du travail ou aux congés maternités, le reste des absences sont dites « évitables ». Ainsi, 99% des causes évitables seraient directement liées à « une organisation du travail défaillante », « une communication inadaptée », « l'absence de formation professionnelle » et surtout à « des défauts de management ». À l'origine de ces dysfonctionnements, la persévérance de « vieux modèles toxiques » datant d'il y a plus d'un siècle, estime l'étude. Plus concrètement, le rapport explique que nombre de dirigeants gèrent encore leurs équipes au travers de « procédures écrites ou orales rarement discutées », très peu négociées et encore moins expliquées. Sans parler des équipes où il n’existe aucune procédure ou pas de responsable nommément désigné ou même pas de tâches bien précises affectées au salarié !..

 

Quelles solutions ?

L'institut préconise un bouleversement des méthodes actuelles de l'entreprise pour réduire l'absentéisme. La mise en œuvre d'un « bon management de proximité à tous les niveaux », créateur de « satisfactions sociales » et de « performances économiques durables », soutenu par les pouvoirs publics, est indispensable. Ainsi, cultiver la proximité, « depuis l'équipe de direction jusqu'à l'équipe opérationnelle sur le terrain », permettrait la mise en place d'un « management plus personnalisé, stimulant, créateur de polyvalence et de négociations périodiques » qui finira par réduire le « sur-absentéisme » et rehausser la qualité de vie au travail.

En résumé il faut que chaque salarié soit valorisé dans son travail et qu’il se sente « utile », qu’il puisse discuter régulièrement de ses problèmes avec une hiérarchie qui l’écoute et qui lui apporte des solutions.

 

Source : LeFigaro 21/11/2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens