Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2018 5 02 /02 /février /2018 09:00

.

 

LES ACTEURS DE LA REVOLUTION :  ROBESPIERRE (1/50)

 

Acte de baptême de Maximilien-Marie-Isidore de Robespierre

 

 

 

 

 

UNE ENFANCE SOLITAIRE : 1758- 1768

   

 

 

     Maximilien-Barthélémy-François de Robespierre a été reçu avocat au Conseil d'Artois le 30 décembre 1756, comme l’avaient été son père et son grand-père. Il avait commencé un noviciat chez les Prémontrés de Dommartin, en Ponthieu, interrompu vers l’âge de 17 ans. A la carrière ecclésiastique il avait préféré le droit qui était davantage dans la tradition familiale. Jeune avocat, il fait la fierté de ses parents mais pour quelques mois seulement car dans les premiers jours de l’année 1758, il porte le déshonneur au sein de sa famille. Il doit, en effet, épouser de toute urgence le 2 janvier 1758, après une publication de bans faite la veille, Jacqueline-Marguerite Carraut, fille de Jacques François Carraut, brasseur rue Ronville à Arras et de Marguerite Cornu. Aucun parent du marié n’assiste à la cérémonie religieuse. M. de Robespierre et son épouse se font représenter, pour la constitution de la dot, par Maître Corroyer, Procureur du Conseil d’Artois.

    Pourquoi ce mariage a-t-il été si bousculé ? Tout simplement parce que quatre mois après leurs noces, les époux de Robespierre ont un fils. Le 6 Mai 1758 naît à Arras Maximilien-Marie-Isidore de Robespierre. Contrairement aux usages de l'époque, on appellera le jeune Robespierre par son premier prénom : Maximilien. Le jour même on conduit sur les fonds baptismaux celui qui, trente cinq ans plus tard, va devenir l’un des acteurs principaux de la Révolution française.

 

« Le six de may mil sept cent cinquante-huit, a été baptisé par moy soussigné Maximilien-Marie-Isidore, né le même jour sur les deux heures du matin, en légitime mariage de M. Maximilien-Barthélémy-François de Robespierre, avocat au Conseil d’Artois, et de Dlle Jacqueline-Marguerite Carraut. Le parrain a été Me Maximilien de Robespierre, père grand du coté paternel, et la marreine Dlle Marie-Marguerite Cornu, femme de Jacques >François Carraut, mère grand du coté maternel. Les quels ont signé :

           DEROBESPIERRE                              DEROBESPIERRE

          Mle Marguerite CORNU                    G.-H.-F. LENGLART (1)

 

    La famille va, assez rapidement, s'agrandir. Après Maximilien vont naître deux sœurs : Marie-Marguerite-Charlotte, le 8 février 1760 puis Henriette-Eulalie-Françoise, le 28 décembre 1761. Suivra un jeune frère Augustin-Bon-Joseph, le 21 janvier 1763, que l'on surnommera, jusqu'à la fin de sa vie, « Bonbon ».

    Le 4 Juillet 1764, alors que le jeune Maximilien n'a que six ans, la naissance d'un cinquième enfant qui ne va vivre que quelques heures, provoque le décès de la mère quelques jours plus tard. La jeune Madame de Robespierre n'est alors âgée que de 29 ans. (2)

 

    On imagine aisément quel choc représente ce décès pour le jeune garçon, ainsi que pour ses deux sœurs Charlotte qui a presque cinq ans et Henriette qui en a trois. Bonbon, lui, n'est pas encore en âge de réaliser. Charlotte racontera, beaucoup plus tard, dans ses mémoires, l'émotion ressentie par son frère à l'évocation du souvenir de leur mère :

 

« chaque fois que dans nos entretiens intimes nous parlions d'elle, j'entendais sa voix s'altérer et je voyais ses yeux se mouiller ». (3)

 

    L'existence du père semble, elle aussi, brisée par ce décès : « il tomba dans une inconsolable tristesse, devint incapable d'affaires, cessa de plaider... » (4). Il renonce même à l’éducation de ses quatre enfants. Deux ans plus tard, il quitte son pays natal, pour une destination inconnue même de sa propre famille.

 

« On lui conseillera », dit Charlotte de Robespierre, « de voyager pendant quelques temps pour se distraire. Il suivit ce conseil et partit. Mais, hélas !.. nous ne le revîmes plus.. Je ne sais dans quel pays il mourut.. » (5)

 

    Il laisse quatre orphelins. On ne le verra réapparaître qu'en 1772, et encore, pour quelque temps seulement. Maximilien apprendra, très longtemps après, que son père est mort à Munich, le 6 Novembre 1777, alors qu'il n'avait que 45 ans.

 

    Maximilien et son frère Augustin-Bon sont donc élevés, dès le décès de leur mère, par leur grand-père maternel Jacques Carraut. Quant aux deux sœurs, Charlotte et Henriette, elles sont reçues par leurs tantes paternelles, les demoiselles de Robespierre.

    Les quatre frères et sœurs se retrouvent, en général le dimanche, chez les Carraut. Quatre années s'écoulent de cette façon jusqu'à ce que l'aînée des filles, Charlotte, soit admise comme boursière dans un établissement de Tournai.

 

    Quasiment orphelin, recueilli « par charité », c'est une situation qui va toucher durement et durablement le cœur du jeune Maximilien. Jules Michelet dit de cet enfant :

 

« ... il devint ce qu'il est resté, étonnamment sérieux; son visage pouvait sourire, une sorte de faux sourire en devint même plus tard l'expression habituelle, mais son cœur ne rit plus jamais.. »  (6)  

 

 

 

 

(1)  Extrait du registre aux baptêmes, mariages et sépultures de l’église paroissiale de Sainte Marie-Magdeleine en la ville d’Arras pour l’année 1758.

LENGLART était le curé de la Paroisse.

Cité par J.A. PARIS «  La jeunesse de Robespierre et la convocation des Etats Généraux d’Artois » Vve Rousseau-Leroy Editeur

 

(2)   La jeune Madame Robespierre décède le 14 Juillet 1764

 

(3)   cité par André STIL  "Quand Robespierre et Danton inventaient la France"  Grasset, Paris, 1988, Pages 11-12

 

(4)   cité par Jules MICHELET  "Histoire de la Révolution Française" Jean de BONNOT, Paris, 1974, Vol. II, page 274

Cette version des faits est celle qui fut relatée par Charlotte de Robespierre dans ses "Mémoires"

 

(5)  Cité par Leblond de Neuvéglise (Abbé Proyard) « Vie de Robespierre »  Augsbourg, 1795

 

(6)   Jules MICHELET   "Histoire de la Révolution Française" op. cit. page 275

 

 

      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A SUIVRE :

 

 

LES ACTEURS DE LA REVOLUTION : ROBESPIERRE (2/50)

 

LES ANNEES DE COLLEGE : 1769-1781

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens