Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2017 3 29 /11 /novembre /2017 12:30
DEMARCHES ADMINISTRATIVES … ENFIN DES MESURES CONCRETES (SUITE)

J’avais salué, ici même, il y a quelques jours, les réformes courageuses envisagées par l’exécutif pour améliorer les relations, toujours difficiles, entre l’Administration et le citoyen. La tâche est immense ; raison de plus pour s’y attaquer rapidement et avec beaucoup d’énergie. Gérard Facon, un des lecteurs les plus assidus de ce blog, rappelle fort justement que de telles réformes ont déjà été mises en place dans le passé et qu’elles n’ont jamais vraiment abouti. Son expérience dans le domaine me semble intéressante aussi je publie ci-après le message qu’il m’a fait parvenir en le remerciant une fois encore.

 

« Enième réforme envisagée … Jetons un coup d’œil 40 ans en arrière, époque où Giscard faisait déjà de la simplification de l’Etat une « cause nationale » Depuis toujours la volonté de simplifier a été affirmée sans le moindre succès. J’ai bien peur qu’il en soit ainsi avec le Président Macron si des mesures efficientes et radicales ne sont pas prises. En fait ce « mal français » doit s’analyser sous deux angles : le rapport Administration citoyen et le rapport Administrations centrales services déconcentrés ou décentralisés. En fait seul le premier est pris en compte alors que c’est le second qui engendre ce mal typiquement français. Cadre de la Fonction publique pendant de nombreuses années, je me suis toujours battu là où c’est le plus dur, en fonctionnement interne. Mais, bien entendu, aucune chance de réussite mes hiérarchies successives se complaisant dans un « statut quo confortable » Par dépit j’ai pris ma retraite anticipée. »

 

« Après quinze années effectuées dans le secteur privé j’ai mis fin à ma position hors cadre en réintégrant le Ministère des Finances. J’ai noté que les développements informatiques avaient considérablement réduit le volume de travail. Un seul exemple parmi tant d’autres, l’automatisation des déclarations de revenus. Imaginez les gains de productivité dans une administration en charge de traiter des fichiers !!! Imaginez les gains de productivité en matière comptable quant à la gestion des collectivités territoriales où échanges, calculs, enregistrements sont entièrement automatisés en temps réel!!! »

 

« Hélas, même avec de tels gains de productivité obtenus grâce à des investissements informatiques massifs et coûteux pour le contribuable, j’ai également constaté que les effectifs n’avaient pas baissé et, comble du ridicule, que les organisations syndicales continuaient à entonner leur litanie sur le manque d’effectifs et leur franche opposition à la modernisation de structures rendues possibles par le traitement numérique des informations. »

 

« Obstiné dans mon combat et en « grandestensions » avec ma hiérarchie j’ai cherché à comprendre. Quelles étaient donc les nouvelles missions dévolues à nos services susceptibles de justifier un tel écart entre gains de productivité et gel des effectifs ? Je n’ai rien trouvé au plan législatif mais, en matière d’instructions et de circulaires internes, souvent reconnues stupides, parfois même par leur rédacteur, j’ai été servi … J’ai vu des élus locaux demander le renforcement de leur « Perception, aujourd’hui Trésorerie » allant parfois, dans les grandes villes à mettre du personnel communal (payé par les impôts locaux) à disposition des Trésoreries. Mais j’ai aussi entendu ces mêmes élus locaux dénoncer les contrôles tatillons de l’Administration sur l’exécution budgétaire de leur commune … J’ai pensé qu’ils étaient vraiment masochistes pour n’avoir pas compris que donner de nouveaux moyens à l’Administration allait renforcer les contrôles… Les gens s’ennuieraient au travail s’ils n’avaient rien à faire. En outre comment pourraient-ils exister sans leur possibilité de dire « Non » ? En Afrique on ne s’adresse pas au ministre pour obtenir une autorisation, on s’adresse à celui qui détient le tampon ! »

 

« En interne les gains de productivité ont été dilapidés par des contrôles nouveaux, des missions ponctuellement créées de toute pièces pour justifier les emplois. Le grand cirque de la Révision des politiques publiques de Sarko a mobilisé pour rien des quantités d’agents, souvent des cadres. La nouvelle compétition inter-administrations dans l’activité et le conseil économique, la production de statistiques redondantes singularisées par la technique du « copier-coller » a consommé beaucoup d’énergie et de nos arbres… Pourquoi garder l’INSEE (Institut de la statistique) si tant d’administrations nationales ou territoriales faisaient son travail ? »

 

« Un autre exemple cocasse mais ridicule. Je n’ai cessé de dénoncer le formalisme désuet du « légendairequitus » donné chaque année à un comptable public dans sa gestion des communes et collectivité diverses. Pour chaque commune, chaque budget annexe (eau, assainissement…) j’ai ainsi reçu chaque année un « jugement » de 5 pages concluant systématiquement au quitus !!! Je devais, à chaque fois, accuser réception de cette notification. Cette procédure était la même pour une commune de 25 habitants que pour n’importe quelle métropole ! Gérant une bonne centaine de budgets locaux je recevais donc chaque année 500 pages identiques. J’ai osé écrire un jour à ma Direction Générale que ce système imbécile et coûteux pourrait utilement être remplacé par un document annuel unique visant toutes les collectivités. »

 

« Pire encore, alors que j’étais en retraite j’ai reçu chaque année à mon domicile, en recommandé, des enveloppes affranchies contenant tous ces jugements auxquels je devais répondre. Je ne l’ai jamais fait … et je n’en ai jamais entendu parler. Bizarre non ? »

 

Je pourrais citer des centaines d’exemples parfois cocasses mais souvent odieux déshonorant le Service public.

 

« Le Président Macron, Inspecteur des Finances de formation devrait savoir tout ceci, et innover en matière de simplifications. C’est simple et efficace pour l’avoir imposée dans mes services : fixer des objectifs de rentabilité simple et aisément vérifiables en réduisant unilatéralement les effectifs. Ce choix constitue le meilleur moyen de simplifier en en rendant acteur chaque maillon de la chaîne, je n’ai eu qu’à m’en féliciter. »

 

« En s’entourant de ses collègues, la pensée unique de l’Enarchie détient tous les pouvoirs, celui d’emmerder les français comme le disait si bien Georges Pompidou mais aussi de décourager le goût de l’initiative et du travail. Je ne parle même pas de sa responsabilité dans des scandales comme celui de l’éco taxe qui a coûté dix fois plus que la très populaire réduction des APL … »

 

« Ce n’est pas en supprimant l’ISF, en augmentant la CSG qu’on redonnera à la France sa compétitivité. C’est en réduisant drastiquement le train de la vie de l’Etat, à commencer par son poste le plus lourd, son fonctionnement au quotidien. »

 

« Monsieur le Président, si vous ne savez pas comment «économiser» les 80 milliards qui nous manquent chaque année je vous trouverai une légion de volontaires capables de le faire, ils ne seront pas Enarques, parfois dépourvus de connaissances administratives, mais plein de ce bon sens qui manque à nos dirigeants, beaucoup plus pragmatiques que vos conseillers … pragmatisme ce mot que vous aimez tant. »

 

« Tant qu’existeront deux mondes (Public et Privé) aux pratiques de gestion diamétralement opposées, la France continuera de tourner en rond pour réduire ses déficits ».

 

« Alors monsieur Macron EN MARCHE vers une administration moderne ? Chiche ! »

 

                                                                                   Gérard FACON

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens