Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 18:30
LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

16 octobre 2017 - Le discours de Macron sur TF1 était singulier :

Emmanuel Macron s’est mué en professeur, dimanche soir sur TF1. Confronté à des sondages difficiles, le président de la République a fait acte de pédagogie, justifiant pendant une heure et douze minutes les premières mesures de son quinquennat et même certains de ses choix sémantiques très critiqués. A cet égard, son interview, qui a rassemblé 9,5 millions de téléspectateurs, se distingue nettement des autres prises de paroles du chef de l’Etat depuis le 7 mai dernier, jour de son élection. Il avait jusqu’à présent évité le feu roulant des questions des journalistes, préférant les grands discours solennels ou les conférences de presse lors de ses déplacements.

«Le Poids des mots», l’application de Paris Match qui mesure la parole présidentielle, permet d’analyser les propos tenus sur TF1 et LCI. En comparant ces résultats à ceux obtenus pour les discours du candidat Macron, puis du président, il est possible de démontrer en quoi cette interview se singularise par rapport aux marqueurs habituels de la parole macronienne

On trouve ainsi en tête des mots les plus prononcés quatre verbes à différentes formes : «dire», «veux», «faire» et «faut». Ces mots sont habituels dans le discours politique et figurent en tête de ceux qui apparaissent les plus fréquemment chez Emmanuel Macron, mais aussi chez ses anciens concurrents de la campagne présidentielle. Sur TF1, ils ont cependant été employés à des fréquences beaucoup plus élevées que dans les discours du président ou que dans ceux du candidat (voir graphique ci-dessous). Depuis le 7 mai, les mots les plus prononcés sont «Europe», «France» et «Pays». Dimanche, le premier a quasiment disparu, tandis que les deux autres ont été nettement devancés.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

16 octobre 2017 - Rallye solidaire dans le désert : le défi que révèle les femmes :

142 femmes viennent de boucler un rallye dans le désert marocain. Elles ne reviendront pas tout à fait les mêmes de ce défi sportif et solidaire.

Désir de désert, soif d’aventure, envie de partage... 142 femmes viennent de réaliser leur rêve en terre marocaine. Working girls, mères de famille, meilleures amies… elles ont lâché boulot, mari, enfants, et quotidien pour s’élancer, le 4 octobre dernier, dans l’aventure du Cap Fémina, un raid en 4X4 de neuf jours dont les six étapes jalonnent des panoramas à couper le souffle ! Née il y a sept ans, l'aventure Cap Fémina est la «petite sœur» du célèbre Rallye Aïcha des Gazelles. Un peu moins extrême que son «aînée», son financement est aussi plus abordable. Mais surtout, c'est une aventure solidaire que Maienga, l'organisateur des deux rallyes, souhaite rendre «accessible à toutes les femmes».

On s'est lancées dans ce rallye pour sortir de notre zone de confort mais aussi pour l'aspect solidaire

Dany, 61 ans, «ex-Gazelle», témoigne: «Sur le Rallye des Gazelles, on est dans la course, on ne voit pas les actions solidaires de l’organisation. Sur le Cap Fémina, c’est très différent. On rencontre les populations, on distribue les dons qu’on a récoltés, on rénove une école… C’est une super belle aventure!» Au-delà du sport mécanique, les filles sont donc venues découvrir le Maroc authentique. «On s’est lancées dans ce rallye pour sortir de notre zone de confort mais aussi pour l’aspect solidaire», expliquent Irène et Claire, 47 et 48 ans, dont l’amitié est scellée par les voyages et leur action dans des camps de réfugiés au Cambodge. «On connaît le Maroc moderne, aujourd’hui on veut découvrir les autres facettes de notre pays. On n’est pas venues dans un esprit de compète», expliquent Ilham et Latifa, 39 ans toutes les deux, premier équipage marocain sur le Cap Fémina. Devant l’isolement et la pauvreté des villages qu’elles traverseront, elles avoueront se prendre «une claque» et «se poser beaucoup de questions».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

16 octobre 2017 - La Tour Eiffel éteinte lundi soir en hommage aux victimes de l'attentat en Somalie :

La Tour Eiffel sera éteinte lundi soir en hommage aux victimes de l'attentat au camion piégé de Mogadiscio en Somalie, qui a causé la mort d'au moins 276 personnes samedi, a annoncé la maire de Paris Anne Hidalgo sur Twitter. "Nous éteindrons ce soir @LaTourEiffel à minuit en hommage aux victimes de l’attentat survenu à #Mogadiscio", a écrit la maire de Paris avec les mots-dièse #NousSommesUnis et #Paris.

Le ministère somalien de l'Information a communiqué dans la nuit le premier bilan officiel de l'attaque, indiquant que "276 personnes ont été tuées dans l'explosion (...) et 300 autres personnes blessées ont été admises dans les différents hôpitaux de Mogadiscio". "Il y a encore une opération nationale de secours en cours et nous partagerons toute nouvelle information", a ajouté ce communiqué, laissant entendre que ce bilan pourrait encore augmenter. Le gouvernement a précisé avoir mis en place un "comité d'urgence", pour "aider les familles à chercher leurs proches disparus et contribuer financièrement auprès de ceux dont les propriétés ont été détruites dans l'explosion".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

16 octobre 2017 - Une Indienne mariée de force fait annuler son mariage grâce à Facebook :

 Sushila Bishnoi n'avait que 12 ans en 2010 lorsqu'elle a été mariée de force. Ses parents et ceux de son époux, un garçon de 12 ans également, avaient organisé une cérémonie dans le plus grand secret au Rajasthan, au nord-ouest de l'Inde cette année-là, rapporte Mashable. Après cette union interdite -l'âge du mariage est fixé à 18 ans en Inde- la jeune femme avait continué à vivre avec ses parents jusqu'à sa majorité avant d'être envoyée de force chez son époux pour habiter avec lui et consommer le mariage. Sushila Bishnoi, aujourd'hui âgée de 19 ans, a choisi de fuir ce mari qu'elle n'a pas choisi et de se rendre dans un refuge. «Je voulais étudier mais ma famille et ma belle-famille voulaient que je vive avec un ivrogne. C'était une question de vie ou de mort et j'ai choisi la vie», a-t-elle déclaré à l'AFP.

Avec l'aide de Kriti Bharti, militante de l'association Saarathi Trust qui essaye d'annuler les mariages forcés, elle a pu défaire son mariage, en prouvant qu'elle était mineure au moment de l'union. Pourtant, Sushila Bishnoi s'est d'abord heurtée au refus de son mari qui niait l'avoir épousée alors qu'elle était mineure. Les deux femmes sont parvenues à rassembler des preuves de son mensonge grâce à Facebook. En remontant le fil d'actualité du compte de son mari jusqu'en 2010, elles ont trouvé des messages de ses amis qui le félicitaient pour ses noces. «Le tribunal a accepté ces preuves et a déclaré le mariage invalide», a annoncé la militante à l'AFP.

En Inde, de nombreux parents marient leurs enfants avant leur majorité, majoritairement pour des raisons financières. Mercredi, la Cour suprême a estimé qu'avoir une relation sexuelle avec une mineure est nécessairement un viol, même si le couple est marié, comblant ainsi un vide juridique qui avait permis à des maris d'échapper à la justice. Selon un sondage de l'Indian Human Development Survey réalisé entre 2004 et 2012, seulement 5% des femmes indiennes choisissent leur mari.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

16 octobre 2017 - Indépendance Catalgone : le président séparatiste catalan essaie de gagner du temps :

Le président séparatiste catalan, sommé de dire s'il avait, oui ou non, déclaré l'indépendance de la Catalogne, n'a pas répondu clairement à la question lundi, assurant toutefois que sa priorité était le "dialogue" pour les deux prochains mois. M. Puigdemont a souhaité en outre une réunion avec Mariano Rajoy, le "plus vite possible", et demandé à celui-ci de mettre fin à la "répression" en Catalogne. Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy avait sommé Carles Puigdemont de clarifier s'il avait proclamé l'indépendance, ce qui pourrait amener le gouvernement à prendre le contrôle de la région, ou s'il comptait reculer, quitte à déclencher la colère de ses troupes.

Dans une première réaction de Madrid, le ministre espagnol des Affaires étrangères Alfonso Dastis a déclaré depuis Luxembourg que M. Puigdemont n'avait pas apporté la "clarté qu'on lui demandait". "Je pense qu'elle ne constitue pas une réponse à la mise en demeure" du gouvernement espagnol, a-t-il ajouté. Mardi 10 octobre, devant le parlement catalan, Carles Puigdemont avait estimé que les résultats du référendum d'autodétermination interdit du 1er octobre lui donnaient le droit de déclarer l'indépendance, avant de proposer de "suspendre" cette déclaration.

Et dans sa lettre il semble préférer une nouvelle fois de jouer la montre, sans répondre directement à Madrid et en appelant encore au dialogue. "Pendant les deux prochains mois, notre principal objectif est de vous amener à dialoguer", a-t-il écrit à Mariano Rajoy, après avoir évoqué la "suspension du mandat" confié par les Catalans. M. Puigdemont demande par ailleurs à rencontrer "le plus vite possible" Mariano Rajoy. Jusque-là, Madrid a catégoriquement refusé tout dialogue tant que les séparatistes ne lèvent pas leur menace de déclarer unilatéralement l'indépendance. Or, ils ne le font pas.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

16 octobre 2017 - Une trentaine de morts, le lourd bilan des incendies au Portugal et en Espagne :

Les feux de forêt qui font rage depuis dimanche au Portugal ont fait au moins 27 morts dans plusieurs régions du pays, selon un nouveau bilan provisoire établi lundi par les services de secours. "Nous pouvons confirmer la mort de 27 personnes dans les districts de Coïmbra, Castelo Branco, Viseu et Guarda", situés dans le centre et le nord du pays, a déclaré la porte-parole de l'Autorité nationale de protection civile, Patricia Gaspar, lors d'une conférence de presse à Lisbonne. En Espagne, les autorités ont annoncé trois morts pour le moment. Les zones forestières du Portugal et du nord-ouest de l'Espagne sont frappées par des mois de sécheresse et connaissent des températures élevées pour la saison.

Face aux quelque 520 incendies ou départs de feux enregistrés à travers le pays au cours des 24 heures de dimanche, un record depuis 2006, le Premier ministre portugais Antonio Costa a déclaré "l'état de catastrophe publique". Une vingtaine de feux considérés "importants" continuaient de faire rage lundi matin dans le centre et le nord du pays. Au total, plus de 4.000 pompiers étaient mobilisés pour venir à bout de près de 70 foyers. Quatre personnes sont mortes dans deux incendies différents dans le district de Coïmbra (centre), dont une dans un accident de voiture en essayant de fuir les flammes. Une a succombé dans la région de Castelo Branco (centre) et une autre a péri dans le district de Viseu (centre), où une personne était portée disparue. "On a vécu un véritable enfer, c'était horrible. Le feu est venu de partout et les flammes sont passées juste au dessus des maisons", a témoigné à la télévision publique RTP une habitante de la commune de Penacova, où deux frères d'une quarantaine d'années sont morts alors qu'ils tentaient de combattre les flammes.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

16 octobre 2017 - Le ciel de Bretagne et de Londres vire au jaune à cause d’Ophelia :

Le ciel a viré à l'orange lundi après-midi dans le sud de l'Angleterre comme dans l’ouest de la France, à Rennes, Vannes, Brest, Saint-Brieuc ou Saint-Malo. Un phénomène lié à la tempête tropicale Ophelia mais qui a amené des internautes à s'interroger avec humour sur l'imminence d'une apocalypse liée au Brexit. Le Science Museum de Londres s'est voulu rassurant: «Ce n'est pas l'apocalypse ! C'est la poussière présente dans l'atmosphère qui provoque la dispersion de la lumière et rend le ciel rouge».

Selon Grahame Madge, prévisionniste britannique au Met Office, l'agence nationale de météorologie, le phénomène est provoqué par Ophelia, qui a été rétrogradée en tempête post-tropicale et a frappé l'Irlande et le Royaume-Uni lundi. «Tout est lié à Ophelia», a-t-il expliqué. «L'air est attiré depuis le sud de l'Europe et l'Afrique, et cet air contient beaucoup de poussière». «Il est donc probable que l'illusion d'un coucher de soleil en milieu de journée soit causée par ces particules diffusant la lumière et donnant l'apparence d'un soleil rouge». «C'est spectaculaire, et c'est devenu un sujet de discussion, nous avons beaucoup d'appels à ce sujet», a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

16 octobre 2017 - Marlène Schiappa annonce un projet de loi "contre les violences sexistes et sexuelles" :

La secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa a annoncé que le gouvernement va prochainement présenter un projet de loi "contre les violences sexistes et sexuelles".

Le gouvernement entend présenter l'an prochain au Parlement un projet de loi "contre les violences sexistes et sexuelles", et notamment les violences sur mineurs, annonce la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, dans "La Croix". Ce projet de loi, qui sera porté par Marlène Schiappa au côté de la ministre de la Justice Nicole Belloubet, devrait "acter l'allongement" des délais de prescription pour les crimes sexuels sur mineurs et "instaurer un non-consentement présumé" des enfants en matière de relation sexuelle, deux sujets sur lesquels des propositions de loi ont déjà été déposées. Il devrait porter aussi sur le harcèlement de rue afin, explique «La Croix», de rendre leur place aux femmes dans l'espace public dont elles se sentent exclues à force d'y subir des commentaires ou comportements sexistes.

Dans son intervention dimanche soir sur TF1/LCI, le président de la République, Emmanuel Macron, a promis une "procédure de verbalisation plus simple" des actes de harcèlement "pour qu'il y ait une réponse immédiate", en déplorant qu'"aujourd'hui, bien souvent, on ne va pas porter plainte, parce qu'on n'ose pas". "Pour verbaliser au quotidien et être plus actif, nous allons lancer un changement de l'organisation de notre police", a-t-il ajouté, en soulignant que la future police de sécurité du quotidien "aura dans ses priorités la lutte contre le harcèlement et en particulier dans les transports".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

16 octobre 2017 - Une entreprise française invente une route capable de capter la chaleur :

 Eurovia, une filiale de Vinci, a expérimenté un nouveau revêtement de route capable de capter la chaleur pour la redistribuer par la suite.

Capter l'énergie du soleil ou toute autre source de chaleur pour déneiger une route ou chauffer un bâtiment: Eurovia, filiale de Vinci, a présenté lundi son projet de route à énergie positive, expérimentée dans le Doubs et les Yvelines. L'innovation d'Eurovia repose sur un échangeur thermique composé d'un système de tubes placés juste sous la route et qui engrange la chaleur produite par le soleil sur la chaussée.

Ensuite, cette chaleur peut être stockée dans un autre réseau de tubes situé à environ 1 mètre sous terre. Elle permet ainsi d'alimenter des bâtiments voisins - logements, bureaux ou industries - en chauffage ou production d'eau chaude. L'hiver, lorsque la route est gelée ou enneigée, une pompe récupère aussi la chaleur située dans le sous-sol pour la faire remonter dans les tubes situés sous la route et ainsi réchauffer la chaussée.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

16 octobre 2017 - Elections au Venezuela: victoire officielle du camp Maduro, l'opposition conteste :

Le camp du président du Venezuela Nicolas Maduro a remporté les élections législatives de dimanche. Une victoire dénoncée par l'opposition.

Le Conseil électoral du Venezuela a annoncé que le camp du président Nicolas Maduro avait largement remporté les élections législatives de dimanche, mais l'opposition a refusé de reconnaître ce résultat qu'elle estime entaché de fraude. Selon le Conseil national électoral (CNE), le parti au pouvoir s'est imposé dans 17 des 23 Etats du Venezuela. L'opposition, qui était pourtant créditée de 11 à 18 Etats par les sondages, n'a finalement gagné que cinq Etats, le dernier territoire restant encore indécis, a déclaré la présidente du Conseil national électoral (CNE), Tibisay Lucena. La participation s'élève à 61,14%, a-t-elle dit. "C'est une nette victoire. Le chavisme s'est largement imposé dans les élections, avec 17 gouverneurs. L'opposition en a cinq", a déclaré dans la foulée M. Maduro, entouré des principaux dirigeants vénézuéliens, assurant que son parti pourrait également s'imposer dans le dernier Etat encore indécis.

Le président a demandé à ses adversaires de reconnaître les résultats. "J'envoie un message à Julio Borges", le président du Parlement, contrôlé par l'opposition, "pour l'amour de Dieu, homologuez ces résultats transparents", a lancé M. Maduro. Mais l'opposition a refusé de reconnaître la victoire du camp chaviste. "Actuellement, nous ne reconnaissons aucun résultat. Nous faisons face à un moment particulièrement grave pour le pays", a déclaré Gerardo Blyde, directeur de campagne de la Table de l'unité démocratique (MUD), la coalition d'opposition. Il a demandé un audit complet du scrutin. Le gouvernement "sait qu'il n'a pas la majorité", et pour gagner il a recouru à "des violations" de la loi et à "un processus électoral non équitable, déséquilibré et dont les résultats ne reflètent pas la réalité", a accusé M. Blyde. "Ni le peuple vénézuélien ni le monde ne vont avaler le résultat qu'ils nous ont présenté", a-t-il ajouté.

Aucun observateur international n'avait été accepté par les autorités pour le vote de dimanche. Le camp de M. Maduro détenait jusqu'ici 20 Etats sur 23, contre trois pour l'opposition. A Chacao, bastion de l'opposition à l'est de Caracas, les rues étaient plongées dans le silence, loin des habituels concerts de casseroles, tandis qu'un groupe de chavistes célébraient les résultats sur la place Bolívar au centre de la capitale.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

17 octobre 2017 - Portugal : spectacle de désolation et "ambiance de fin du monde" :

Devant leurs yeux : des murs de flammes, qui grignotent peu à peu leur ville de Braga, située au nord-ouest du Portugal. Ces monstres de feu ont déjà tué 36 personnes dans le pays ainsi que trois voisins espagnols dans la région de Galice. La tempête Ophelia n’arrange pas les choses : ses vents violents balayent les terres arides, fortement atteintes par la sécheresse. «Il y a encore des équipes sur le terrain» pour tenter d'établir un bilan final, a indiqué la porte-parole de la protection civile portugaise, Patricia Gaspar, précisant qu'un bébé d'un mois figurait parmi les morts. A Braga, des centaines de résidents ont combattu les flammes toute la journée mais aussi durant la nuit aux côtés des pompiers.

Même scénario à Ventosa, un village situé dans la commune de Vouleza (centre). Sous une épaisse fumée, au milieu d'une forêt de pins et d'eucalyptus calcinés, les habitants du bourg ont passé la journée à éteindre des reprises de feu avec des tuyaux d'arrosage, encore sous le choc d'une nuit infernale. «Tout s'est passé en 45 minutes, le feu est arrivé en bas du village et s'est propagé à une vitesse incroyable. Je n'avais jamais vu ça. Vraiment, c'était une ambiance de fin du monde. Tout le monde a fui et je me suis retrouvé seul ici», a raconté Jose Morais à l'AFP. La plupart des victimes ont été piégées par les flammes dans leur voiture ou dans leur maison. D'autres bravaient le danger pour tenter de sauver leurs exploitations agricoles. «Toute la localité semblait être une boule de feu, elle était entourée de tous les côtés par les flammes», a déclaré le maire

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

17 octobre 2017 - Depuis Séoul, Hollande répond aux critiques de Macron :

Lundi, en marge d'une conférence à Séoul, François Hollande a mis en garde contre "une fiscalité allégée pour les riches et alourdie pour les plus modestes ou les classes moyennes".

Un avertissement depuis l'autre bout du monde. François Hollande a mis en garde lundi, depuis Séoul, contre "une fiscalité allégée pour les riches et alourdie pour les plus modestes ou les classes moyennes", alors que l'examen du premier budget du quinquennat Macron, qui comprend notamment une réforme de l'ISF, débute mardi à l'Assemblée.

"Si dans un pays l'idée s'installe qu'il y a une fiscalité allégée pour les riches et alourdie pour les plus modestes ou les classes moyennes, alors c'est la capacité qu'il a à se mobiliser pour son avenir qui se trouve mise en cause", a déclaré l'ancien président en réponse à une question, après son discours lors du "World Knowledge Forum", selon des propos transmis par son entourage.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

17 octobre 2017 - Daech "totalement" chassé de Raqa selon l'alliance anti-EI :

Une alliance antijihadistes en Syrie soutenue par Washington a annoncé mardi avoir "totalement" pris la ville de Raqa, après plus de quatre mois de combats avec les jihadistes du groupe Etat islamique (EI). Les opérations militaires dans cette ex-capitale de l'EI en Syrie "ont pris fin (...) la ville est entièrement sous le contrôle" des Forces démocratiques syriennes (FDS)", a indiqué à l'AFP un porte-parole de cette alliance, Talal Sello.

La chute de Raqa va constituer un nouveau revers de taille pour l'EI qui a perdu beaucoup de terrain en Syrie et en Irak voisin après des multiples offensives pour le déloger des régions conquises depuis 2014. Raqa était devenue le symbole des pires atrocités commises par l'organisation jihadiste, qui y aurait planifié les attentats sanglants ayant frappé plusieurs pays, notamment en Europe. Lundi soir, les FDS ont annoncé avoir "totalement libéré" le tristement célèbre rond-point d'Al-Naïm, où l'EI menait ses exécutions lorsqu'il était encore maître de la ville. "Les jihadistes s'étaient retirés depuis deux semaines de ce rond-point mais les FDS n'étaient pas parvenues à le contrôler car il était miné", selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

17 octobre 2017 - 582.000 Rohingyas ont fui la Birmanie pour le Bangladesh, annonce l'ONU :

582.000 Rohingyas ont fui la Birmanie pour se réfugier au Bangladesh voisin depuis le 25 août, a annoncé mardi l'ONU, qui s'inquiète de la situation de milliers de personnes bloquées à la frontière. Ce chiffre est en augmentation de 45.000 réfugiés par rapport au chiffre de 537.000 fourni au cours du week-end, a précisé le Haut-Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR). Marixie Mercado, une porte-parole de l'agence de l'ONU pour les enfants Unicef, a toutefois déclaré lors d'un point de presse à Genève que cette hausse ne relevait pas d'un afflux soudain de réfugiés, mais d'un recensement plus précis de leur nombre grâce à un meilleur accès aux zones proches de la frontière.

Les musulmans rohingyas fuient les violences qui ont débuté fin août en Birmanie à majorité bouddhiste et que l'ONU considère comme une épuration ethnique. L'exode a explosé depuis le déclenchement le 25 août d'attaques par une rébellion rohingya contre les forces de sécurité birmanes dans l'Etat Rakhine (ouest), qui ont provoqué une répression sévère de l'armée. Le porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, a fait part de sa profonde inquiétude concernant "les conditions des milliers de nouveaux arrivants qui sont bloqués près de la frontière entre le Bangladesh et la Birmanie".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1059) : 16 & 17 OCTOBRE 2017

17 octobre 2017 - En Thaïlande, un an après la mort du roi, dernière phase de deuil avant la crémation :

Un an jour pour jour après sa mort, des milliers de Thaïlandais se sont pressés aux alentours du palais vendredi pour rendre hommage au roi Bhumibol Adulyadej, dont le culte est savamment entretenu par la junte militaire au pouvoir.

Un royaume en noir: un an jour pour jour après sa mort, des milliers de Thaïlandais se sont pressés aux alentours du palais vendredi pour rendre hommage au roi Bhumibol Adulyadej, dont le culte est savamment entretenu par la junte militaire au pouvoir. Le pays s'est figé à 15:52 (08:52 GMT), l'heure exacte de sa mort. Dans l'ancienne capitale Ayuttaya, au nord de Bangkok, des éléphants, animal symbolique de la monarchie, étaient présents à la cérémonie. Dès le matin de ce jour décrété férié désormais, des milliers de Thaïlandais, tout de noir vêtus, se sont rassemblés aux abords du palais. C'est là qu'est conservée depuis un an, entouré d'un impressionnant cérémonial bouddhiste, la dépouille de celui qui a durablement marqué la Thaïlande, en 70 ans de règne. "Je veux qu'il reste avec nous pour l'éternité", explique à l'AFP Chalita U-sap, 61 ans, les yeux rougis par les pleurs. Non loin de là, dans un grand parc désormais fermé au public, les derniers préparatifs sont en cours sur le site de la crémation, prévue le 26 octobre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens