Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 07:00

.

 

LES ACTEURS DE LA REVOLUTION  :  DANTON (21 / 52)

 

La victoire de Valmy - 20 septembre 1792

 

 

 

ELECTIONS A LA CONVENTION NATIONALE :

SEPTEMBRE 1792

 

 

 

 

    C'est dans ce climat de violences que ce sont ouvertes les élections des députés à la Convention nationale. Les assemblées primaires, réunies depuis la fin du mois d’août, étaient chargées de désigner les électeurs au second degré.

    Dans la capitale ce sont 900 électeurs qui, le 2 Septembre, se rassemblent à l'Evêché pour procéder à l'élection de vingt-quatre députés et autant de suppléants. Prétextant de l'étroitesse de la salle, ils se transportent aussitôt au Club des Jacobins pour commencer les opérations de vote qui vont durer près de quinze jours. Ce changement de lieu improvisé à la dernière minute  constitue le premier signe des pressions exercées par Robespierre* et ses amis sur ces élections. Mais, des pressions, il y en aura bien d'autres ! On ira même jusqu'à la fraude pour faire élire à Paris les révolutionnaires les plus avancés, les hommes les plus proches de la Commune, et qui, dans quelques jours, siégeront sur les bancs de la Montagne.

 

    Robespierre* est élu le premier, le 5 Septembre, par 338 voix sur 525, battant ainsi Pétion et Brissot qui devront aller se faire élire dans des départements de province. Le lendemain, ce sera au tour de Danton. Elu le deuxième, derrière Robespierre*, il est un peu vexé, mais se console en constatant qu'il réalise un bien meilleur score : 638 voix sur 700.

 

    Les deux hommes vont alors prendre en main la suite des opérations de vote au cours desquelles chacun poussera ses candidats. Danton soutient son ami Camille Desmoulins* élu après Collot-d'Herbois, Manuel et Billaud-Varenne. Robespierre* fait élire Marat* puis son frère Augustin.  Danton et Camille Desmoulins* s'emploient alors à faire passer leurs amis Fréron et Fabre d'Eglantine puis, contre l'avis de Robespierre*, le ci-devant duc d'Orléans (1) devenu pour la circonstance Philippe Egalité : 297 voix sur 592 après que l'on ait, semble-t-il, trituré un peu les chiffres pour obtenir la majorité absolue requise !... (2)

 

 

    Danton ministre, et maintenant élu du peuple, conforte son pouvoir et son image d'homme d'Etat. Et ce pouvoir est encore plus grand qu'il n'y paraît. Suite aux décrets adoptés le 28 Août et le 2 Septembre par l'Assemblée, à sa demande, une cinquantaine de commissaires du Pouvoir Exécutif ont été désignés et, malgré les remarques faites par Roland, Monge ou Servan, c'est Danton lui-même qui s'est occupé de tout pour la désignation de ces émissaires du gouvernement investis des pleins pouvoirs pour « sauver la patrie ». Presque tous, évidemment, sont issus des Jacobins ou des Cordeliers; tous vont régner en maîtres absolus dans leurs provinces; tous vont appliquer les consignes données par Danton; tous, ou presque, sont alimentés par les subsides que leur adresse régulièrement le tribun ou son homme de confiance Fabre d'Eglantine. (3)

 

 

LES ACTEURS DE LA REVOLUTION  :  DANTON (21 / 52)

 

Le départ des volontaires

 

 

Certes ces hommes vont, bien souvent, outrepasser les pouvoirs qui leur ont été accordés; certes, ils se livrent parfois à quelques exactions, voire même à quelques assassinats, mais c'est par raison d'Etat et Danton ferme les yeux en demandant à ses collègues ministres d'en faire autant. Ces commissaires n'ont-ils pas réussi la levée des volontaires; n'ont-ils pas donné à la France le sursaut révolutionnaire nécessaire pour la défendre des dangers qui la menacent tant à l'extérieur qu'à l'intérieur ? C'est tout cela que répond Danton à chaque fois qu'un de ses collègues du Conseil Exécutif vient lui rapporter tel ou tel fait qui lui semble scandaleux !

 

 

    Le 20 Septembre, la Convention nationale se réunit à huis clos, la veille de l'ultime séance de la Législative. Les nouveaux députés n'ont pas encore entendu le récit de la bataille de Valmy gagnée, le jour même, par Dumouriez et Kellermann sur les troupes austro-prussiennes commandées par Brunswick. Certes, la bataille n'est pas décisive; « une simple canonnade » diront certains; mais l'armée française prouve, pour la première fois, qu'elle peut tenir en échec une des armées les mieux organisées et les plus disciplinées du monde ! Aux cris de « Vive la nation! », les volontaires français ont montré qu'ils croyaient maintenant à la victoire !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(1)   Saint-Just* dira dans son rapport contre Danton : " Ce fut toi qui fis nommer Fabre et d'Orléans à l'assemblée électorale où tu vantas le premier comme un homme très adroit et où tu dis du second que, prince de sang, sa présence au milieu des représentants du peuple leur donnerait plus d'importance aux yeux de l'Europe...."  Voir Saint-Just*

 

(2)   La députation parisienne comprendra : Robespierre*, Danton, Collot-d'Herbois, Manuel, Billaud-Varenne, Camille Desmoulins*, Marat*, Laviconterie, Legendre, Raffron du Trouillet, Panis, Sergent, Robert, Dusaulx, Fréron, Beauvais, Fabre d'Eglantine, Osselin, Augustin Robespierre, David, Boucher, Laignelot, Thomas, Philippe Egalité.

 

(3)   L'Assemblée Législative avait débloqué 2 000 000 de Livres dont la moitié affectée aux dépenses secrètes et l'autre aux dépenses extraordinaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

A SUIVRE :

 

 

 

LES ACTEURS DE LA REVOLUTION : DANTON (22/52)

 

LES PREMIERS CONFLITS : 21 - 22 SEPTEMBRE 1792

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans ACTEURS DE LA REVOLUTION
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens