Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 11:00
CLIMAT : LES APPROXIMATIONS, VOIRE LES MENSONGES DE DONALD TRUMP

 

Pour justifier son retrait de l'accord de Paris, Donald Trump a déroulé une série d'arguments, jeudi 1er juin dernier, dans un discours. Mais nombre de ses affirmations sur les contraintes et les devoirs liés à l'accord s'avèrent approximatifs et démontrent, au mieux une méconnaissance du dossier et au pire la volonté de travestir la vérité.

 

«Nous sortons, mais nous reprendrons les négociations (...) Si nous y arrivons, tant mieux, sinon tant pis.»

Selon l’accord de Paris, chaque Etat signataire est libre de fixer ses propres objectifs. Chaque pays peut revoir à la hausse ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Et une révision à la baisse n’est pas interdite. En revanche, une renégociation globale de l’accord n’est pas envisageable. De grandes nations productrices d’énergie fossiles, comme l’Arabie saoudite ou la Russie, préfèrent ainsi rester dans le dispositif pour garder une influence sur la transition énergétique.

 

«La Chine sera autorisée à construire des centaines de centrales à charbon. Nous ne le pouvons pas, et eux ils le peuvent, selon l’accord. L’Inde sera autorisée à doubler sa production de charbon d’ici 2020»

Rien dans l’accord n'interdit de développer ou de limiter l'emploi du charbon. Le déclin du charbon dans le monde et aux Etats-Unis est aujourd'hui lié à une tendance lourde du marché de l’énergie. Le gaz naturel, produit en abondance, est moins cher et moins polluant que le charbon. C'est pourquoi la Chine a annoncé qu’elle renonçait à construire une centaine de centrales à charbon. 

 

«Les contraintes énergétiques onéreuses qui pèseront sur les Etats-Unis se traduiront par la perte de 2,7 millions d’emplois d’ici 2025»

Donald Trump sort cette statistique d’une étude contestée du National Economic Research Associates, financée par la Chambre de Commerce américaine. Elle ne prend pas en compte les potentielles retombées économiques de la réduction des émissions et le développement des technologies propres. Or d’après de nombreux acteurs économiques, parmi lesquelles de grandes entreprises américaines, les énergies renouvelables, dont le coût a baissé, sont des sources d’économies considérables. Leur essor s’accompagne de celui de tout un tissu industriel innovant, créateur d’emplois et de revenus. Aux Etats-Unis, le secteur de l’énergie solaire emploie désormais 373 000 personnes : c’est deux fois plus que dans le secteur du charbon.

 

«Même si l'accord était appliqué par toutes les nations, la température globale ne baisserait que de 0,2 °C d’ici l’an 2100. C’est très très peu»

C’est faux. Le véritable chiffre, tiré de l'étude du Massachusetts Institute of Technology que cite Trump, est 0,9°C. Il s’agit d’une estimation calculée selon les promesses de réduction d’émissions promises lors de la COP21. L’étude démontre que l’accord de Paris est un pas nécessaire, - mais insuffisant- contre le réchauffement global. Une action bien plus vigoureuse est indispensable, conclut l’étude, pour lutter durablement contre la crise climatique.

 

«Le Fonds vert obligera les Etats-Unis à verser 10 milliards de dollars, dont 1 milliard a déjà été donné. Personne d’autre que nous n’en a fait de même»

Le Fonds vert est une enveloppe budgétaire qui vise à financer à travers le monde des projets de lutte contre le réchauffement climatique, notamment dans les pays pauvres. La part des Etats-Unis est fixée à 3 milliards de dollars, et non 10, comme l'a avancé le président Trump. Et 43 gouvernements ont déjà versé leur obole, dont neuf pays en cours de développement.

 

L'Inde bénéficiera de «milliards de dollars d'aide au développement» et la Chine «pourra faire ce qu'elle veut pendant 13 ans»

C'est factuellement vrai, mais la manière de présenter ces faits est, elle, tronquée. L’accord de Paris est un savant équilibre entre pays riches et pays en développement. Les 195 signataires se sont mis d’accord sur un effort équitable pour réduire leurs émissions. Les pays les plus industrialisés, avec un niveau de vie élevé, sont plus à même d’aborder la transition écologique que des pays récemment industrialisés (comme l’Inde et la Chine). Les Etats riches sont capables de s’appliquer des contraintes que des nations dépourvues d’infrastructures ou de services (électricité, transports) ne peuvent pas encore supporter.

 

Source :  leparisien.fr  04-06-2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter  (voir dans la colonne ci-contre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans Le MONDE en marche..
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens