Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 10:54
SONDAGE : LES FRANÇAIS HOSTILES A UNE SORTIE DE L’EURO !...

 

Selon un sondage « Ifop » pour « Le Figaro » et la « Fondation Robert Schuman », un Français sur deux juge positivement la construction européenne. Mais ils sont plus nombreux à estimer que l'UE a davantage bénéficié aux autres pays de l'Union.

 

Des Français qui dressent un bilan mitigé de la construction européenne mais qui restent toutefois attachés à l'euro, se refusant à sortir de la monnaie unique, privilégiant un «noyau dur» et estimant que sur certains grands sujets - sécurité, immigration, défense, diplomatie - il faut converger vers une politique européenne, mais pas dans le domaine fiscal et industriel. L'étude réalisée par l'Ifop pour « le Figaro » et la « Fondation Robert Schuman » montre une opinion française partagée sur l'Europe, au soixantième anniversaire du Traité de Rome.

 

L’Europe moins bénéfique pour la France

Près de la moitié des personnes interrogées (46%) jugent que la construction européenne a eu des effets plutôt positifs pour la France mais ils sont plus nombreux (53%) à estimer que l'Union européenne a surtout été bénéfique aux autres pays de l'Union, qui ont mieux tiré leur épingle du jeu, contre 29% qui pensent que les effets ont été au total plutôt négatifs pour nos partenaires. L'Europe, tendent à croire les Français, a été moins propices pour eux-mêmes que pour leurs voisins, ce qui contribuerait à expliquer leur désamour pour l'édifice européen.

Une approche qui mérite des nuances selon le positionnement politique des personnes sondées, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen étant, sans surprise, les plus eurosceptiques. Seuls 15% des électeurs qui s'apprêtent à voter pour la présidente du Front national pensent que l'UE a eu un effet bénéfique pour la France (44% pour les électeurs de Mélenchon). Les partis de gouvernement ont une approche nettement plus favorable à l'Europe, dessinant une courbe en U: plus on va vers les extrêmes, plus la défiance à l'égard de l'UE progresse. Les électeurs d'Emmanuel Macron sont les plus nombreux (71%) à penser que la construction européenne a eu des effets positifs pour la France.

Pour autant, sur un certain nombre de questions ou de problèmes essentiels, les Français estiment majoritairement que des mesures doivent être prises à l'échelon européen, davantage qu'au niveau national. C'est le cas pour la défense (65%), la politique étrangère (60%), l'immigration (60%), les problèmes de sécurité (56%).

Pour les questions de fiscalité et la politique économique et industrielle, les Français interrogés jugent, respectivement que des mesures à l'échelle nationale sont préférables

En revanche, c'est le contraire pour les questions de fiscalité et la politique économique et industrielle: dans ces deux domaines, les Français interrogés pour cette enquête, jugent, respectivement à 55 et 56%, que des mesures à l'échelle nationale sont préférables.

 

3/4  des Français contre le retour au Franc

Ceux qui souhaitent un retour au franc sont très minoritaires (28%), trois quarts des Français sont contre. Seuls les électeurs de Marine Le Pen sont très favorables (à 67%) en faveur d'un abandon de l'euro et d'un retour au franc. Globalement, sur la durée, en ce qui concerne la volonté de sortir de l'euro, le sondage réalisé cette semaine indique un point bas: en mai 2010, 38% des Français souhaitaient un retour au franc, soit dix points de plus qu'actuellement.

 

Source : LeFigaro.fr   26-03-2017

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter  (voir dans la colonne ci-contre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans Europe
commenter cet article

commentaires

BG 31/03/2017 19:36

Alors que la sortie de l’Euro risque de se faire à terme non volontairement mais du fait de pression externe, l’on entend tout et son contraire à ce sujet. Certains candidats s’en font les chantres alors que les protecteurs du système en place qui ont tout intérêt à son maintien agitent l’épouvantail de notre effondrement économique, qu’en serait-il exactement ?

Tout d’abord, il convient de rappeler que la France étant un Etat toujours souverain, le traité de Lisbonne ayant créé un embryon d’Etat fédéral européen, mais n’ayant pas complétement asservi note pays, nous pouvons quitter l’Euro si bon nous semble. Certains candidats à la présidentielle, Marine Le Pen, François Asselineau proposent une sortie directe, Nicolas Dupont-Aignan propose de revenir à une monnaie commune.

Quoi qu’il se passe lors de cette élection, il est de toute manière de plus en plus clair que l’Euro n’est plus une monnaie viable et que sa disparition n’est plus qu’une question de temps, alors quelle catastrophe nous promettent les oiseaux de mauvaise augure :

La Dette publique française va exploser : cette dernière est de 2200 milliards d’euros soit environ 100 % du PIB. L’accusation est simple : si vous sortez de l’Euro et que le Franc baisse de 15 %, la dette va augmenter de 15 %. Or, c’est faux, si l’Euro éclate (ou que l’on décidait d’en sortir), la dette fera l’objet d’une « mutation » vers le nouveau Franc comme lorsque l’on est passé du Franc à l’Euro. La mise en place d’un contrôle des changes sera nécessaire, mais la quasi sortie de la Grèce et de Chypre ont prouvé que ce n’était pas cela le fond du problème. Le problème c’est bien la croissance ! Les seuls pour qui ce sera un problème, ce seront les étrangers qui possèdent environ 60 % de la dette et qui verront le montant de leur créance diminuer de 15 %.

Votre niveau de vie va diminuer : les produits importés seront plus chers si l’on dévalue de 15 %. C’est vrai, ces derniers verront leur prix augmenter, mais ils représentent environ 31,4 % du PIB, ce qui signifierait donc pour le pays une augmentation de 4,71 du PIB (et beaucoup moins pour notre poche, car les importateurs dans ce cas baissent leurs marges). Or ce qu’oublient joyeusement les adversaires d’une sortie, c’est qu’une dévaluation, cela signifie une diminution des importations et une augmentation des exportations : donc une reprise de la croissance et une baisse du chômage. C’est d’ailleurs le but ! Et cela permet de diminuer les cotisations sociales (pourquoi pas salariales ?) puisqu’il y a plus de cotisants ! Nous ne sommes donc pas sur un jeu à somme nul !

Vous allez faire échouer ce beau projet européen ! Sauf que ce dernier nous a couté très cher depuis 20 ans et qu’il entrave la croissance française et à quasi détruit notre économie et notre industrie ! Si l’on compare les taux de croissance des pays de la zone euro et ceux qui sont resté en dehors, il n’y pas photo : de 2005 à 2016, sur 12 ans le PIB a augmenté de 11,4 % dans la zone euro, alors que l’augmentation était de 18,1 % pour la Grande-Bretagne et de 27,1 % pour la Suéde qui sont pourtant deux pays aux économies très différentes (source Eurostat : http://ec.europa.eu/eurostat/tgm/table.do?tab=table&plugin=1&language=fr&pcode=tec00115) . Ceci prouve bien que l’Euro qui devait nous apporter croissance et emploi ne nous a apporté que désindustrialisation et chômage.

La sortie que certains craignent tant ne sera qu’une libération. Cette dernière ne sera probablement pas volontaire, car il sera difficile pour un Chef d’Etat français d’avoir le courage de franchir le Rubicon. Mais tout comme nous avons été contraint de quitter le serpent monétaire européen en 1979, le Système Monétaire Européen en 1993, nous serons sûrement amenés à quitter l’Euro et si cela ne se fait pas dans la joie et la bonne humeur, les conséquences au long terme seront sûrement positives !

BG 31/03/2017 19:31

Vous voyez Mr FACON, je rejoins votre raisonnement sur l'eau...

Marine le PEN parle de son souhait de sortir de l'Europe... Uniquement avec l'aval de la majorité des Français consultés par référendum... Vous savez, on appelle ça la démocratie...
Ce n'est pas Marine le Pen présidente qui déciderait de cette question seule, bien évidement !

facon 31/03/2017 18:55

L’image de l’Europe souffre d’abord de la mauvaise presse que lui font les élus lui imputant l’évidente dérive technocratique qui irrite les français. J’ai eu l’occasion d’avoir un long entretien avec un Président de syndicat des eaux et de contrôle des Spancs (contrôle assainissement individuel), socialiste bon teint, qui, ne sachant plus quoi répondre à mes arguments, s’est décidé à mettre fin à notre échange musclé en me proposant de le poursuivre en justice (c’est pas lui qui paie l’avocat). Lui ayant démontré, textes à l’appui, que les exigences du Spanc allaient bien au delà des prescriptions européennes de loi sur l’eau il a fini par me déclarer en refusant de me l’écrire « que les élus et l’agence de bassin n’étaient pas obligés de suivre l’Europe » et pouvaient ajouter les clauses qu’ils voulaient pour homologuer une installation…

Lui ayant fait remarquer que toute rénovation avait un coût souvent élevé et prohibitif pour les propriétaires modestes, ce monsieur m’a déclaré qu’il existait des subventions pour ceux reconnus pollueurs. Dans le cas contraire aucune subvention n’était prévue mais qu’il fallait quand même le faire.

Alors pourquoi faire ces travaux coûteux et manifestement inutiles ?

Je n’ai pas manqué de lui rappeler la Loi européenne sur l’eau lui faisant remarquer la stupidité de sa décision. Il a fini par m’avouer, devant témoin, que son ambition était de faire refaire toutes les installations de plus de quinze ans … Propriétaires à vos portefeuilles ...

Dans le cas précis nos élus n’ont pas suivi, ils ont devancé l’appel. Les victimes de toutes les rénovations programmées, penseront, faute d’information, que tout ceci c’est la faute de l’Europe… Cette histoire de Spanc est ubuesque mais coûteuse pour tous les propriétaires contraints de refaire entièrement leur installation. Son inanité facile à démontrer ne relève pas de l’Europe mais d’un petit mandarin local.

Messieurs les élus prenez enfin vos responsabilités !!!

Quant à l’euro il faudrait être fou pour l’abandonner. Dès sa sortie madame Le Pen fera marcher à plein régime la planche à billets , notre pays croulera sous l’inflation et ne pourra plus exporter. Comment la France paiera t-elle sa dette ?

Je suis rassuré de savoir qu’une très large majorité ne veut pas sortir de l’Euro.

Madame Le Pen n’a donc aucune chance tant mieux !

BG 27/03/2017 15:08

Tiens, un sondage réalisé pour la fondation Robert SCHUMAN... penseur Talmudique de l'Europe...
Ce dernier est considéré comme un des pères de l’Europe, mais aussi, depuis la déclassification de certaines archives américaines, comme un promoteur des intérêts américains en Europe... Intérêts financiers américains...

facon 27/03/2017 12:03

Il est évident que les pays compétitifs ont bénéficié de l'euro qui tire vers le haut, mais tout le monde pouvait en profiter ...

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens