Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 15:02
ACCORD SOCIAL CHEZ RENAULT : UNE PETITE REVOLUTION

 

Après FO et la CFE-CGC, la CFDT a approuvé à son tour la proposition de la direction concernant l'emploi et la flexibilité dans le groupe pour les trois prochaines années. 3600 embauches en CDI sont prévues.

 

C'est presque une révolution. Les relations sociales dans l'industrie automobile, longtemps très conflictuelles, ont vraiment bien changé. Lundi 9 janvier, la CFDT a décidé d'approuver le nouvel accord social proposé par la direction du constructeur. En ajoutant les voix de la CFDT (20,4 %) à celles de la CFE-CGC (32 %), qui avait donné son accord le 22 décembre, et de FO (12,8 %), qui avait été la première organisation syndicale à approuver le texte le 21 décembre, le seuil des 50 % de voix nécessaires sur le plan légal pour une application de cet accord social est désormais atteint. Avant même que la CGT, deuxième syndicat de la marque au losange avec 24,3 % des voix des salariés, ne se prononce, le 12 janvier.

L'accord devrait officiellement être signé vendredi 13 janvier, pour peu que la rédaction définitive soit conforme au contenu de la négociation. Les trois syndicats ayant donné leur accord sont, pour l'instant, les mêmes que ceux qui avaient signé le précédent, qui portait sur la période 2013-2016. Pour autant, leur décision sera sans doute plus difficile à admettre par les salariés car la situation économique du groupe Renault s'est considérablement améliorée depuis mars 2013, lors de la validation du précédent accord de compétitivité.

 

3600 embauches en CDI

En 2012, le groupe affichait une marge opérationnelle d'à peine 0,3 %. L'année suivante, le résultat opérationnel était même tombé dans le rouge, Renault ne devant son salut qu'à la contribution de Nissan, détenu à hauteur de 43 %. La situation est tout autre aujourd'hui. Sur les six premiers mois de l'année 2016, le constructeur a fait état d'une véritable envolée de son chiffre d'affaires de 13,5 %. Ce dynamisme permet à la marge de progresser de 4,9 % au premier semestre 2015 à 6,1 % sur les six premiers mois de 2016. Les résultats de l'ensemble de l'année 2016 ne sont pas encore connus, mais ils devraient être excellents, portés par une dynamique commerciale qui ne s'est pas démentie au second semestre.

Or, le nouvel accord va forcément demander encore des efforts aux salariés. Le groupe a un objectif de produire, en moyenne, 90 véhicules par salarié et par an, contre un niveau actuel d'un peu plus de 60. «Cet accord n'est pas un accord de compétitivité, estime toutefois Franck Daoût, représentant de la CFDT, mais bien un accord de transition qui doit permettre de préparer l'entreprise aux bouleversements technologiques et sociétaux que va connaître l'industrie dans les prochaines années.»

 

Davantage de flexibilité pour les salariés

L'organisation du travail permettra plus de flexibilité, avec, notamment, la possibilité d'augmenter le travail d'une heure par jour en période d'activité haute, avec une limite de huit jours par mois et 50 par an. Par ailleurs, le syndicaliste se félicite d'un renforcement du dialogue social sur les sites mêmes, ce qui devrait conduire à un nouveau mode de management.

En contrepartie de cette flexibilité accrue, la direction s'est engagée à renforcer le rôle de la France. L'outil industriel sera rénové, avec 300 millions d'euros d'investissements pour les usines mais également 150 millions d'euros destinés à améliorer le cadre de vie. Enfin, 3600 embauches en CDI seront réalisées sur les trois années de l'accord, contre 3000 sur la période précédente. La moitié de ces nouveaux entrants rejoindront l'ingénierie. Dans ce secteur, les départs seront également tous remplacés, ce qui ne sera pas le cas dans les usines. Néanmoins, «les effectifs de Renault en France devraient être supérieurs en 2019 à leur niveau de 2016», se félicite Franck Daoût. En termes de volumes, le nombre de véhicules fabriqués en France devrait être au moins égal en 2019 au volume de 2016. Compte tenu de l'exceptionnelle dynamique commerciale de la marque, ce sujet était toutefois moins sensible que lors de la précédente négociation.

 

Source : LeFigaro.fr  10-01-2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans FRANCE Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens