Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 15:30
FRANCOIS HOLLANDE : LES SCOOPS DE FRANCOIS FRESSOZ DANS « LE STAGE EST FINI »

 

La journaliste du quotidien « Le Monde » François Fressoz publie jeudi 3 septembre sa chronique du quinquennat : « Le stage est fini ». Elle a recueilli les confidences de plusieurs acteurs de premiers plans, dont François Hollande. C'est ce qui donne toute sa valeur au livre. Jugement critique d'Hollande sur son propre quinquennat, scène étonnante d'un Montebourg déboulant dans le bureau de Moscovici pour lui mettre un marché en main et contenu de l'accord Ayrault-Duflot pour que le premier puisse rester à Matignon après les municipales. Voilà quelques unes des pépites du livre.

 

Encore une chronique du quinquennat? Oui encore une chronique mais avec quelques pépites. D'une plume efficace et sans fioriture, Françoise Fressoz, journaliste politique au Monde, retrace les épisodes marquants de la présidence Hollande : tweet de Valérie Trierweiler, grandes décisions économiques, affaires Leonarda, manœuvres de Valls et de Montebourg pour déboulonner Ayrault...

Jusqu'à la tuerie de Charlie Hebdo, François Hollande était un "amateur", encore "en stage". Depuis, il est devenu président. Voilà, le propos du livre. Mais son intérêt est surtout dans les confidences d'acteurs de premier plan comme Pierre Moscovici, Jean-Marc Ayrault et surtout François Hollande.

 

Des regrets concernant la TVA décidée par N. Sarkozy

Chose plus que rare, François Hollande dresse à chaud un début d'inventaire sur son quinquennat. Les passages qui ont pour l'heure le plus retenu l'attention - et à juste titre - sont ceux sur les réformes qui ne sont "pas toutes de gauche" - dixit Hollande - et sur les impôts. "On paie souvent la première loi de finances rectificative. Nous, on a payé les 11 milliards d’impôts nouveaux levés à notre arrivée", confie Hollande à Françoise Fressoz. Si c'était à refaire, poursuit-il, "je ne serais pas allé aussi loin, j'aurais gardé l'augmentation de la TVA décidée par Nicolas Sarkozy pour boucler le budget qu'il nous avait laissé, j'aurais fait le crédit d'impôt compétitivité emploi pour les entreprises et j'aurais évité les hausses dans les budgets suivants".

 

«Soit vous êtes avec nous, soit contre nous et on vous élimine comme des gêneurs.»

Le jeu de torture chinoise infligé à Jean-Marc Ayrault est parfaitement décrit. Très tôt, dès novembre 2013, le tandem Montebourg-Valls s’attelle à une tache : faire partir le Premier ministre. La journaliste du Monde raconte cette scène surréaliste d'un Montebourg déboulant dans le bureau de Pierre Moscovici pour lui mettre le marché en main. Hollande, "il est nul! Il va nous planter", s'écrie le ministre du Redressement productif. "Pour le moment, on va garder le président de la République et changer de Premier ministre. Valls est le mieux placé, je vais le soutenir. La vraie question, c'est Peillon et toi. Soit vous êtes avec nous, soit contre nous et on vous élimine comme des gêneurs." Une promesse qui in fine sera tenue.

 

Le contenu de l'accord Ayrault-Duflot

Depuis l'affaire Mittal, les relations entre Montebourg et Ayrault, déjà mauvaises, sont devenues exécrables. Le fougueux ministre se permet d'insulter l'hôte de Matignon. Sans réaction d'Hollande. "Montebourg m'a humilié, Hollande aurait dû le laisser partir", regrette l'ancien maire de Nantes. Dans cette guerre interne, Ayrault n'a sans doute jamais su trouver d’alliés. Une fois en dehors du gouvernement, Pierre Moscovici lui en fera le reproche. "Peillon et moi n'étions pas des adversaires, nous n'étions pas candidats à Matignon, tu nous as déstabilisés, tu t'es affaibli, tu aurais dû faire alliance avec les réformistes."

Après l'affaire Leonarda, Hollande fait comprendre à Valls qu'un changement de Premier ministre est possible. Mais il le dit à sa manière, jamais très clair. Valls se prépare. "Il était habile, il venait me rendre compte tous les lundis, toujours aimable", confie Ayrault qui résiste. La débâcle des municipales emporte tout. Cécile Duflot qui ne veut pas de Valls comme Premier ministre trouve un accord avec Ayrault. Pour la première fois, les détails sont connus. Conditionnalités des aides aux entreprises, absence de gel des prestations sociales, loi sur la transition écologique, réforme fiscale et dose de proportionnelle dans le scrutin législatif.

 

«Si nous avons échoué, Valls ne peut pas gagner.»

Cela ne suffit pas. Hollande nomme celui qui est le plus populaire et qui pourra assumer sa ligne économique. Duflot s'en va. Le nouvel attelage dure le temps d'une rentrée fracassante à Frangy. Hamon et Montebourg qui ont contribué à installer Valls sont remerciés. "Le soir de mon départ, Hollande m'a appelé trois fois, je ne l'ai pas pris au téléphone, je ne veux pas lui reparler", rapporte Montebourg.

Hollande voit aussi peut-être plus loin. En appelant Valls à Matignon, il pense lui interdire la figure du recours. "Si nous avons échoué, Valls ne peut pas gagner. L'idée qu'on peut gagner en ayant échoué, ce n'est pas possible", explique Hollande. Malgré une côte de popularité très faible et des résultats économiques pour l'heure inexistants, Hollande a en tête le scénario de la victoire pour 2017. Pour cela, il a besoin d'un homme. Sarkozy. "Sarkozy mobilise très bien son camp, mais il est le candidat le moins rassembleur du pays". Et d'asséner que "n'importe quel candidat de gauche qui se présentera face à lui sera élu". Et si c'était Juppé? Là, "on ne sait pas faire", lâche un de ses proches. Le stage est fini et Hollande n'est même pas sûr qu'on lui permette de redoubler.

 

Le stage est fini, Françoise Fressoz, Albin Michel, 18 euros.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans FRANCE Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens