Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 07:00
BERNARD TAPIE : LE DERNIER MATCH …..

 

Bernard Tapie réclame 1 milliard mardi 29 septembre devant la cour d’appel de Paris. "Une partie de bluff désespérée", dénoncent les avocats de l’État. Le match va durer au moins dix heures….

Viendra-t-il, oui ou non? "Plutôt oui", glisse son avocat, Me Emmanuel Gaillard. Samedi 26 septembre dernier, Bernard Tapie n'avait pas encore formellement décidé s'il se présenterait mardi pour l'audience devant la cour d'appel de Paris. L'audience de toute une vie puisque, après l'annulation en février de l'arbitrage qui lui avait valu 405 millions d'euros, Tapie ne sait pas s'il récupérera son argent ou s'il devra tout rendre.

 

De solides arguments selon l’homme d’affaires

Voilà l'enjeu des plaidoiries de cette semaine. Les avocats de l'homme d'affaires plaideront, durant toute la matinée de mardi, pour invoquer la faute du Crédit lyonnais lors de la vente d'Adidas et présenteront l'ardoise. "C'est la deuxième fois que Bernard Tapie se retrouve devant la cour d'appel, et la première fois, en 2005, il avait gagné [145 millions d'euros], confie Me Gaillard. Mais grâce à l'enquête pénale en cours, nous avons cette fois-ci de plus solides arguments encore."

 

"La vente d'Adidas s'est faite au prix demandé par Tapie"

La défense de Tapie va réclamer 1 milliard d'euros plus vingt ans d'intérêts, soit une bagatelle totale de l'ordre de 2 milliards que le CDR, la structure publique chargée des actifs de l'ex-Crédit lyonnais, aurait alors à régler. "Cette demande est irrecevable parce qu'en 2007 Tapie lui-même avait accepté le plafond de 295 millions qui s'impose toujours à la cour d'appel", estime le professeur de droit Thomas Clay. « Plus on est enfoncé dans le mensonge comme l'est Tapie, moins on peut revenir en arrière », estime Me William Bourdon, un des avocats de l'État. « Bernard Tapie est contraint de prolonger son escroquerie initiale par une escroquerie de l'opinion publique », ajoute l'avocat, qui attend de l'audience de mardi "qu'il soit condamné à rendre au contribuable ce qu'il lui a volé". Me Jean-Pierre Martel, défenseur du CDR, plaidera que la banque ne doit pas un centime.

« La vente d'Adidas s'est faite en 1993 au prix et à la date demandée par Tapie, qui était pressé de vendre », rappelle Me Jean-Yves Garaud, un autre défenseur de l'État. « Et si la banque a dû financer un acheteur, Robert Louis-Dreyfus, c'est parce que personne à l'époque ne voulait acheter à ce prix-là. » Reste à comprendre comment Adidas, vendu 2 milliards de francs par Tapie en 1993, en a valu 11 deux ans plus tard lors de la cotation en Bourse. "C'est grâce à l'effort de redressement de Dreyfus", disent les avocats du CDR. Tapie, lui, dit avoir été plumé par sa banque, et en pleure encore aujourd'hui… Et s'il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même? La réponse appartient à la cour d'appel.

 

source : leJDD.fr   27-09-2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans FRANCE Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens