Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 11:00
CRISE DU PORC : VALLS MINIMISE, LE FOLL ANNONCE … UNE TABLE RONDE !..

 

En pleine crise de la filière porcine, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a annoncé ce mardi 11 août qu'une table ronde aurait lieu… fin août. De son côté, le Premier ministre, Manuel Valls, a minimisé les conséquences de la décision de deux industriels majeurs de la transformation de viande de ne pas participer au Marché du Porc Breton. La FNSEA demande une réflexion à plus long terme. En fait chacun a bien compris que la solution ne viendra pas du Gouvernement qui n’a aucune marge de manœuvre mais de l’Europe et que la question va être difficile…

«Chacun doit être mis, maintenant, devant ses responsabilités», a prévenu le ministre de l'Agriculture. En pleine crise du marché du porc en France, Stéphane Le Foll a annoncé ce mardi 11 août qu'une table ronde aurait lieu fin août avec tous les acteurs de la filière.

Dans la foulée, le Premier ministre, Manuel Valls, a minimisé les conséquences de la décision de deux industriels majeurs de la transformation de viande, la Cooperl et Bigard/Socopa, de ne pas participer au Marché du Porc Breton (MPB) à Plérin (Côtes d'Armor). La FNSEA, premier syndicat agricole de France, a de son côté réclamé une «stratégie à 20 ans» pour sortir des turbulences à répétition dans l'élevage.

 

«Chacun a une part de responsabilité»

«Des efforts ont été fait par un grand nombre d'industriels», a assuré Stéphane Le Foll qui tente d'éteindre l'incendie. Depuis quelques temps, le courant ne passe plus du tout entre éleveurs, industriels et grande distribution. Lundi 10 août, la Cooperl et Bigard/Socopa ont cristallisé ces tensions en refusant d'acheter du cochon français qu'ils jugent trop cher - 25 centimes de plus au kilo - comparé à la viande allemande, belge ou hollandaise.

Après le retrait de ces deux gros acheteurs, le ministre de l'Agriculture a promis que «tout sera mis œuvre» pour que les cotations du porc reprennent jeudi 13 août au marché au cadran de Plérin (Côtes d'Armor). «Ceux qui ont quitté le marché (lundi, ndlr) n'avaient pas sollicité les différents acteurs» pour tenter de trouver une solution à leurs problèmes, a-t-il regretté.

 

La Bretagne n’est pas la France selon Manuel Valls

Toutefois, le Premier ministre, Manuel Valls, a vite minimisé l'impact d'une telle démarche. «Les responsables du marché du cadran ont décidé de ne pas ouvrir la séance. C'est le résultat d'une décision des professionnels bretons, ce n'est pas à ce stade représentatif de la situation nationale», a souhaité résumer le chef du gouvernement qui s'exprimait au Mas de Madagascar, en marge d'une rencontre avec des représentants du monde agricole camarguais.

Et Manuel Valls d'insister : «Le marché du cadran est emblématique mais il ne représente qu'une petite partie des transactions dans ce domaine. (...) Nous sommes de toutes les façons très mobilisés. Nous suivons la situation des éleveurs qui n'ont pas pu vendre hier leurs porcs (...) Nous suivons de près l'évolution des prix auxquels se sont engagés les industriels et la grande distribution. Il faut garantir ce niveau de prix.»

 

La FNSEA n’est pas rassurée

Ni les propos de Manuel Valls ni la perspective d'une table ronde n'ont semblé enchanter le président de la FNSEA, Xavier Beulin. «J'appelle, non pas à une énième table ronde, mais à prendre le temps de réécrire une stratégie à 20 ans pour l'agriculture, la (gestion) de la situation à la petite semaine comme aujourd'hui n'est pas satisfaisante», a-t-il estimé sur Europe 1.

Et de regretter : «Nous vivons une situation jamais vécue depuis plusieurs décennies et propre à notre pays, avec de grandes difficultés de compétitivité et une forme de dumping social au sein même de l'Europe pratiquée par nos voisins. (...) Les éleveurs français ne sont pas plus mauvais que les autres et souvent même un peu meilleur techniquement mais nous partons avec un handicap de 10 à 15 centimes (du kilo) par rapport à nos voisins.»

Et il a raison. L’Allemagne en particulier grâce à des élevages plus intensifs, des normes moins sévères et surtout des coûts de main d’œuvre plus bas, pratique des prix que les éleveurs français sont incapables de suivre.

 

La fédération nationale des éleveurs de porcs dénonce un «chantage»

Paul Auffray, le président de la fédération nationale des éleveurs de porcs (FNP) a lui dénoncé des «pratiques mafieuses» de la part des industriels allemands et espagnols : «On ne peut pas continuer avec des concurrents, chez nos voisins, qui tournent à 5 euros de l'heure et s'assoient sur les normes sociales avec l'approbation de la commission européenne», a-t-il constaté. Sur iTélé, il a également jugé ce boycott par les deux poids lourds de l'industrie du porc, Bigard et la coopérative Cooperl, «totalement disproportionné par rapport aux enjeux de la filière porcine française».

«C'est littéralement une prise d'otage des producteurs par des groupes industriels», a-t-il ajouté, qualifiant cette pratique de «chantage», destiné à «faire baisser les prix sans vouloir le dire expressément».

 

Accord sur les prix : Leclerc et Intermarché continuent à jouer le jeu

Le président des centres Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, a réitéré mardi 11 août sur son blog son soutien à l'égard des éleveurs, en confirmant la position d'achat de porcs de ses abattoirs à 1,40 euro le kilo. «Pour ce qui est de l'achat au cadran, les abattoirs d'E. Leclerc (Kermené), avec ceux d'Intermarché, se sont retrouvés lundi comme quasi seuls intervenants. La cotation n'a pas pu se faire», a déclaré dans son billet Michel-Edouard Leclerc.

«Pour la prochaine cotation au marché du porc qui aura donc lieu ce jeudi, les adhérents E.Leclerc (franchisés, NDLR) me demandent de confirmer que les équipes de Kermené ont bien reçu pour consigne de maintenir leurs positions d'achat à 1,40 euro/kg», a-t-il ajouté, soulignant toutefois que «la situation ne sera pas tenable à moyen terme» s'il n'y a que «deux gros opérateurs à jouer le jeu».

 

Source : LeParisen.fr  11-08-2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans FRANCE Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens