Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 07:00
REFERENDUM GRECE : LE « NON » PASSE TRES MAL EN ALLEMAGNE

 

Le «non» grec passe mal en Allemagne, gardien de l'orthodoxie financière en Europe. Le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel (Social-démocrate, gauche) a déclaré ce dimanche que de nouvelles négociations des Européens avec Athènes paraissaient «difficilement imaginables» après le non grec au référendum.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a «coupé les derniers ponts» entre son pays et l'Europe, a ajouté le vice-chancelier du gouvernement d'Angela Merkel, dans un entretien au quotidien Tagesspiegel à paraître lundi 6 juillet. «Après le refus des règles du jeu de la zoneeuro, tel qu'il s'exprime par le vote non, des négociations sur des programmes d'aide chiffrés en milliards paraissent difficilement imaginables», a martelé le ministre social-démocrate (gauche). «Tsipras et son gouvernement mènent le peuple grec sur un chemin de renoncement amer et de désespoir», a estimé Sigmar Gabriel.

 

«La situation est grave

Un peu plus tôt, c'est le secrétaire d'Etat allemand Michael Roth qui se montrait pessimiste sur Twitter. «Ceux qui ce soir se réjouissent n'ont pas compris à quel point la situation est grave», a commenté Michael Roth, social-démocrate (gauche) et secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères, en charge notamment des relations franco-allemandes. «Rien ne va être plus facile, surtout pas pour les Grecs», poursuit son message.

A Berlin la chancellerie s'est contentée d'un bref communiqué indiquant qu'Angela Merkel se rendrait à Paris ce lundi 6 juillet pour analyser le résultat du référendum avec le président François Hollande. «Tous deux sont d'accord sur le fait que le vote des citoyens grecs doit être respecté», selon ce bref communiqué. En outre «la chancelière et le président de la République se prononcent en faveur de la convocation d'un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro mardi» et ont formulé cette demande à Donald Tusk, président du conseil européen, selon un communiqué séparé de la présidence française.

 

«L'UE n'est pas un club à la carte»

Julia Klöckner, députée conservatrice proche de la chancelière Angela Merkel, a réagi en prévenant dans un communiqué que «M. Tsipras ne devrait pas croire qu'il peut mettre l'Europe sous pression avec le résultat» du référendum. «Il n'y a pas que la volonté du peuple grec qui compte, mais aussi celle des citoyens des autres pays européens», a ajouté Julia Klöckner. «L'UE n'est pas un club à la carte, dans lequel chacun décide pour soi des règles du jeu et les autres paient la facture», a-t-elle conclu.

Plusieurs députés du parti d'Angela Merkel parmi les plus notoirement fermés à un geste envers Athènes ont également réagi dimanche soir, l'un d'eux, Hans Michelbach, estimant par exemple que «la Grèce (disait) au revoir aux valeurs de l'union monétaire» et demandant à la Banque centrale européenne (BCE) de mettre fin «immédiatement» à son soutien des banques grecques.

 

 

Source LeParisien.fr  05-07-2015

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens