Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 19:30
LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

23 mars 2015 - Les leçons des Départementales :

Le PS et ses alliés éliminés dans 524 cantons : Au lendemain du premier tour des élections départementales, l'UMP est largement en tête à 30%, le FN fait mieux qu'aux dernières européennes (25,7%) mais rate la première marche et le PS limite la casse à 21%. 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

23 mars 2015 - Les leçons des Départementales :

Au second tour, le FN sera présent dans 1.100 cantons : S'il n'est pas la première force politique du pays, le Front national fait mieux qu'aux dernières élections européennes. Huit conseillers départementaux du parti frontiste ont déjà été élus.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

23 mars 2015 - Les leçons des départementales :

Manuel Valls cible la "faute morale" de l'UMP : Faisant semblant d’ignorer que la politique menée par son gouvernement a conduit à l’exaspération des Français, Manuel Valls s’est trouvé un bouc émissaire. C’est pratique dans ce genre de circonstances mais ce n’est pas très original. Le Premier Ministre a notamment ciblé lundi matin la stratégie du "ni-ni" adoptée par Nicolas Sarkozy.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

23 mars 2015 - Les leçons des départementales :

Une quinzaine de départements pourraient basculer à droite : La droite apparaît en mesure de conserver la quarantaine de départements qu'elle détient déjà, sans concéder aucune perte. Elle est également bien placée pour prendre au moins une quinzaine de départements à la gauche.

 

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

23 mars 2015 - Une vie jetée aux ordures :

A Siem Reap, les touristes se pressent de plus en plus. C’est ici, dans cette province du Cambodge, que se trouvent les temples et les ruines d'Angkor. C’est là que les visiteurs viennent admirer ces monuments historiques chargés d’histoire et se plonger dans la culture du pays. Mais derrière ces activités touristiques, derrière les paysages de rêve et les tableaux emplis d’émotion, se cache une autre réalité. Celle des enfants de Siem Reap. Certains n’ont qu’une dizaine d’années et passent leurs journées à Anlong Pi, une décharge de huit hectares située à proximité de la célèbre station balnéaire cambodgienne. Pour quelques centimes de dollars, ils récoltent des déchets qui pourront servir de nourriture aux cochons et ont pour la plupart dû se résoudre à abandonner l’école. 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

23 mars 2015 - Singapour perd son père fondateur :

De nombreux Singapouriens se sont massés dès l'annonce lundi de la mort de leur premier et ancien chef du gouvernement Lee Kuan Yew devant l'hôpital général de Singapour. Le principal artisan de la transformation de la cité-Etat en une des économies les plus florissantes d'Asie en trois décennies de pouvoir, est décédé lundi à l'âge de 91 ans. Hospitalisé depuis le 5 février pour une pneumonie aigüe, «M. Lee est mort sans souffrance à l'hôpital général de Singapour à 03h18» (19H18 GMT dimanche), a annoncé dans un communiqué le Premier ministre, Lee Hsien Loong, son fils, qui a décrété sept jours de deuil national.

Les messages de condoléances ont afflué du monde entier pour saluer la mémoire de Lew Kuan Yew, un dirigeant autocratique qui a dominé la vie politique du petit archipel d'Asie du Sud-Est pendant un demi-siècle. «Il fut un vrai géant de l'histoire qui restera pour les générations à venir comme le père du Singapour moderne et comme l'un des grands stratèges des affaires asiatiques», a déclaré le président américain, Barack Obama. La Chine a elle aussi loué «un stratège ayant à la fois des valeurs orientales et une vision internationale».Né le 16 septembre 1923 dans une famille d'origine chinoise, Lee Kuan Yew était «une figure légendaire en Asie, largement respecté pour son leadership fort et sa stature d'homme d'Etat», a déclaré pour sa part le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon.

Premier chef du gouvernement de Singapour en 1959, année où la cité-Etat s'est affranchie de la tutelle britannique, Lee Kuan Yew, qui avait alors 35 ans, a connu une longévité exceptionnelle à ce poste qu'il a occupé jusqu'en 1990. Au cours de son règne, Singapour a connu un spectaculaire développement économique pour devenir l'un des «tigres asiatiques». L'archipel d'un peu plus de cinq millions d'habitants est devenu un centre régional, financier et touristique, connu pour ses hautes technologies, en particulier dans le domaine de la santé. Mais des défenseurs des droits de l'homme ont critiqué Lee Kuan Yew, un avocat de formation qui a fait ses études en Grande-Bretagne, pour avoir géré le pays d'une main de fer, un règne pendant lequel des opposants politiques ont été emprisonnés ou privés de moyens financiers en raison de coûteux procès en diffamation. «Si vous êtes un fauteur de trouble, notre rôle est de vous détruire politiquement», avait déclaré par le passé cet admirateur de l'homme politique italien Nicolas Machiavel (1469-1527) au sujet de ses opposants politiques. Lee Kuan Yew est resté jusqu'à la fin de sa vie une personnalité politique très influente à Singapour et en Asie. Père de l'actuel Premier ministre Lee Hsien Loong, Lee Kuan Yew avait démissionné en 1990 pour laisser la place à son bras droit, Goh Chok Tong. Celui-ci a à son tour cédé le pouvoir à Lee Hsien Loong en 2004. Dans un livre publié en 2013, Lee Kuan Yew, marqué par le décès de son épouse trois ans plus tôt, avec laquelle il a eu trois enfants, avait confié se sentir de plus en faible et souhaiter une mort rapide. «Il y a une fin à tout et je souhaite que la mienne soit aussi rapide que possible et avec le moins de douleurs possibles.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

23 mars 2015 - Obsèques à Kaboul :  

Des militantes féministes portent le cercueil de Farkhunda, 27 ans, lors de ses obsèques. Farkhunda fut battue à mort jeudi par un regroupement d'hommes.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

23 mars 2015 - La guerre dont on ne parle plus :

Les bombes continuent à tomber sur la ville d’Alep. Un homme porte secours aux victimes d'un bombardement mené par les forces du gouvernement dans le quartier Al-Mashad.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

23 mars 2015 - Manifestation anti colonisation :

En Cisjordanie des palestiniens font face à un bulldozer israélien lors d'un manifestation contre les colonies israéliennes à Qadomem, à coté de Naplouse.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

23 mars 2015 - Malgré le cessez-le-feu :

En Ukraine un combattant volontaire du bataillon Azov dans le village de Shyrokine. Malgré le cessez-le-feu, des combats intenses continuent dans la région de Mariupol.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

23 mars 2015 - Jeu d’enfant à Kaboul :

Une fillette joue avec un pistolet factice lors de la célébration du nouvel an afghan. L'Afghanistan utilise le calendrier perse. Il démarre le jour où le prophète Mahomet quitte la Mecque pour Médina.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

24 mars 2015 - Compte à rebours :

Vinicius, mascotte des Jeux olympiques de Rio 2016, est au Mont du Pain de sucre à Rio pour marquer le fait qu'il reste 500 jours avant la cérémonie d'ouverture.

 

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

24 mars 2015 - Dernier hommage à Richard III :

Richard III, le dernier roi Plantagenêt, tué à la guerre il y a cinq siècles, recevait lundi l'hommage de milliers de Britanniques dans la cathédrale de Leicester avant ses funérailles jeudi au terme de cinq jours de célébrations.

Des milliers de personnes se sont pressées dès les premières heures du jour dans la cathédrale de Leicester pour approcher quelques instants la dépouille de Richard III, dont le squelette a été découvert par hasard en 2012 lors de la construction d'un parking municipal dans la ville. Sur son cercueil, recouvert d'un tissu sombre richement brodé, était disposée une couronne royale parée de pierres précieuses. Bradley Dubbs, un Américain de 62 ans, était le premier dans la file dès 06H30 du matin. "J'ai ressenti le besoin de lui rendre hommage", a-t-il expliqué, transi de froid. "Avec une telle histoire mouvementée, jusqu'après sa mort, une reconnaissance est nécessaire parce que c'est un roi", a jugé David Davies, un Britannique de 80 ans.

Pour l'évêque de Leicester, Tim Stevens, toute la ville "vibre de reconnaissance" envers le roi tué sur le champ de bataille de Bosworth (centre de l'Angleterre) en 1485. "Quelle que soit votre foi ou quelles que soient vos traditions, dès l'instant où ce cercueil est entré dans l'église, il vous a confronté à votre propre mort", a-t-il estimé. Une messe de requiem animée par le cardinal Vincent Nichols, le plus haut prélat catholique d'Angleterre, doit avoir lieu en fin d'après-midi. Vilipendé depuis sa mort, le monarque, dernier de la maison royale d'York, obtient depuis dimanche une réhabilitation publique. Une procession dimanche entre Leicester et Bosworth, son lieu de mort, a été suivie respectueusement par près de 35.000 personnes qui avaient, pour nombre d'entre elles, revêtu costumes d'époque et armures de combat. Même s'il n'a régné que deux ans (1483-1485), Richard III s'était jusqu'à présent inscrit dans les annales comme un tyran sanguinaire, une réputation en grande partie orchestrée par la dynastie des Tudor, qui lui a succédé, puis immortalisée par la pièce "Richard III" de William Shakespeare. Jeudi, l'enterrement sera célébré en présence du chef de l'Église anglicane, l'archevêque de Cantorbéry Justin Welby, et de la comtesse de Wessex, Sophie, belle-fille d'Elizabeth II, ainsi que du prince Richard, duc de Gloucester, patron de l'association Richard III et descendant du roi. La tombe sera dévoilée vendredi et visible pour les curieux dès samedi.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

24 mars 2015 - Les Afghans sont tous Farkhunda :

Son prénom signifie de bon augure, et débordant de joie. Farkhunda, une Afghane de 27 ans, a été battue à mort jeudi dernier à Kaboul par une foule en furie, au prétexte qu’elle aurait brûlé un coran. Son corps a ensuite été brûlé puis jeté, encore en feu, dans une rivière depuis un pont. Une abomination, en soit, doublée par l’aveu du ministre de l’Intérieur: «L'accusation la visant est complètement fausse. Farkhunda était une femme religieuse, elle n'était pas impliquée (dans l'incinération d'un coran, ndlr), elle était innocente», a-t-il répondu à la chambre basse du parlement afghan. En effet, Farkhunda enseignait même la religion, comme l’a confié son père à la chaîne afghane TOLOnews (affiliée à CNN). «Il est très douloureux que nous n'ayons pas pu protéger une jeune femme pieuse, nous espérons que cela ne se reproduira pas», a ajouté le ministre.

Dans un communiqué publié dimanche soir, le ministère de l'Intérieur afghan avait annoncé la suspension de 13 policiers suite à ce meurtre, y compris le chef de la police du quartier où se sont déroulés les faits. Des images du lynchage diffusées sur les réseaux sociaux montrent en effet des policiers en uniforme n'intervenant pas alors que la jeune femme est lynchée, simplement parce qu’un Mollah de la mosquée Shah-e-Do Shamshera a crié qu’elle avait brûlé le livre saint, précise Al Jazeera. En outre, 26 personnes ont été arrêtées selon CNN.

Par ailleurs, environ 200 personnes ont manifesté lundi à Kaboul près des lieux du drame. Des femmes portaient des masques de papier représentant le visage en sang de la victime. Et les manifestants ont scandé des slogans contre le gouvernement et la police. «C'est une honte pour nous tous, les parlementaires, les ministres, le président. C'est une catastrophe, cela montre que nous ne sommes pas humains. Tous les Afghans sont impliqués dans ce meurtre. Nous avons perdu notre statut et notre dignité à travers le monde», a dit à l'AFP l'un des manifestants, Mihrab Hussain Shirzad. Dimanche matin, plusieurs centaines de personnes avaient déjà assisté aux obsèques de Farkhunda à Kaboul. Le cercueil a été porté au cimetière par des femmes, ce qui est très rare en Afghanistan.

sse de Wessex, Sophie, belle-fille d'Elizabeth II, ainsi que du prince Richard, duc de Gloucester, patron de l'association Richard III et descendant du roi. La tombe sera dévoilée vendredi et visible pour les curieux dès samedi.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

24 mars 2015 - Une arrivée dans de tragiques circonstances :

La reine Letizia et le roi Felipe VI, avec le président François Hollande, dans la cour de l’Elysée à Paris, le 24 mars 2015. Ils étaient attendus à midi, aux Invalides à Paris, par le Premier ministre français Manuel Valls, le roi Felipe VI d’Espagne et son épouse Letizia, pour la première visite d’Etat en France en tant que souverain. Ils étaient bien là à l’heure dite mais leur arrivée s’est déroulée dans de bien tragiques circonstances.

Le roi et la reine d’Espagne avaient en effet eu connaissance du crash d'un avion de la compagnie allemande Germanwings survenu ce mardi dans le sud de la France. Celui-ci avait décollé de Barcelone à destination de Dusseldorf avec 148 personnes à bord. Il n’y aurait aucun survivant. Ils ont assisté à une cérémonie militaire dans la cour des Invalides en présence de Manuel Valls. Puis escorté par la Garde républicaine à cheval, le couple royal a rejoint l'Elysée où, le visage grave, il a remonté le tapis rouge, accueilli au pied du perron par le président de la République François Hollande.

Tous trois se sont alors un peu attardés avant de rejoindre les salons de l'Elysée. En raison des circonstances, le roi Felipe VI a annoncé qu’il annulait ce voyage d’Etat et rentrait en Espagne, avec son épouse, dès cet après-midi. Cette visite, avec tous les fastes de la République, devait ainsi se dérouler. Selon le programme prévu initialement, après un entretien avec François Hollande à 12h30 et un échange de décorations, le couple royal espagnol devait inaugurer l'exposition «Velazquez et le triomphe de la peinture espagnole», au Grand Palais, toujours en compagnie du président français. Cette visite devait être l'occasion de célébrer «la vitalité des liens culturels et artistiques entre la France et l'Espagne», selon l'entourage du président de la République.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

24 mars 2015 - Crash Airbus A320 :

Une dizaine d'hélicoptères de la gendarmerie, de l'armée de l'air et de la sécurité civile se relayaient dans les airs mardi à Seyne (Alpes-de-Haute-Provence), près des lieux où s'est écrasé un Airbus A320 de la compagnie allemande Germanwings, relate l’AFP. Sur un grand pré servant d'aérodrome dans ce village fortifié, réputé notamment pour être un centre de vol à voile, un QG a été installé pour les recherches, et les hélicoptères décollaient tour à tour pour se rendre sur la zone du crash, ont constaté des journalistes de l’agence.

Au fond de ce vaste espace, deux grands hangars de tôle verte abritent des planeurs. Au milieu des camions de pompiers, des chenillettes (petits véhicules légers équipés de chenilles) ont été déployées, vraisemblablement pour être hélitreuillées sur le lieu où s'est écrasé l'avion, à quelque 1.500 m d'altitude, sous la tête de l'Estrop, dans la vallée de la Blanche, à une dizaine de kilomètres à vol d'oiseau de Seyne. La route depuis Digne-les-Bains, à une quarantaine de kilomètres, est également le théâtre d'un incessant chassé-croisé de véhicules de secours et de gendarmes.

Le ministère de l’Intérieur a fait savoir que plus de 210 personnels de la gendarmerie, 106 sapeurs-pompiers, ou encore une compagnie de CRS étaient déployés sur les lieux du drame. Il précise que les prévisions météorologiques sont «mauvaises» pour la fin d'après-midi, la soirée, la nuit et même la journée de mercredi, avec des températures négatives, ce qui risque de compliquer les recherches, qui devraient se poursuivre jusqu’à la tombée de la nuit. Cent cinquante personnes ont été tuées mardi dans le crash d'un Airbus A320 de Germanwings, la filiale low-cost de la compagnie aérienne allemande Lufthansa, dans cette zone très difficile d'accès du sud des Alpes françaises. L'avion, qui effectuait une liaison entre Barcelone et Düsseldorf, transportait 144 passagers, dont deux bébés, et six membres d'équipage.«Le Dauphiné Libéré» publie les premières photos des lieux du crash. L’avion a été pulvérisé et les débris –dont le plus gros ferait un mètre- ont été projetés sur plusieurs milliers de mètres carrés.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (646) : 23 & 24 MARS 2015

24 mars 2015 - Dans la compassion et l'action :

Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, s’est rendu sur les lieux du crash du vol 4U9525 de la compagnie GermanWings, filiale de Lufthansa, s'est écrasé mardi dans les Alpes-de-Haute-Provence. Il a pris en main le poste de commandement des opérations, qui mobilisent des «moyens exceptionnels d’enquête et de secours», comme il l’a souligné. Le ministre, qui s'est dit dans la "compassion", a fait état de près de 300 sapeurs pompiers et 300 militaires de la gendarmerie nationale déployés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans IMAGES CHOC
commenter cet article

commentaires

serrurier 26/03/2015 01:22

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens