Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 12:00
LES ELUS LOCAUX SERONT BIEN OBLIGES DE BAISSER LEURS DEPENSES !....

 

Les communes, départements et régions doivent faire des choix budgétaires pour compenser la réduction des dotations de l'État. C’est souvent difficile mais inévitable !..

En plein bouclage de leur budget 2015, les élus locaux ne décolèrent pas contre la baisse des dotations de l'État aux collectivités locales. Après un premier coup de rabot de 1,5 milliard en 2014, cette manne va être amputée de 3,67 milliards cette année et de 11 milliards au total de 2015 à 2017. Ce montant fait partie des 50 milliards d'économies sur la dépense publique promis par le gouvernement sur cette période.

L'exécutif fait, en effet, le pari audacieux que cette privation de ressources obligera les communes, départements et régions à tailler d'autant dans leurs dépenses. Avec l'idée sous-jacente, souvent pointée du doigt par la Cour des comptes, qu'il reste du «gras», les collectivités locales ayant jusqu'ici fait peu d'efforts pour réduire leurs dépenses de fonctionnement, en particulier de personnel. Le constat est de fait alarmant : leur masse salariale - plus de la moitié des charges des communes - a bondi de 4 % l'an dernier, selon un chiffre provisoire donné par Christian Eckert, le secrétaire d'État au Budget, après une progression 3,1 % en 2013.

 

Accroissement du personnel dans les Communautés de Communes

Or, selon lui, cette dérive «ne peut trouver sa seule explication dans la revalorisation de la « grille» salariale de la catégorie C, la moins qualifiée, qui regroupe 70 % du personnel. En réalité, cette explosion est depuis le début des années 2000 le «reflet de la montée en charge progressive de l'intercommunalité», souligne le rapport de 2014 de l'Observatoire des finances locales, pourtant censée permettre de réduire les dépenses grâce à des mutualisations de services. Au lieu de cela, «elle associe une hausse modérée des dépenses communales de personnel à une progression importante de celles des groupements de communes». Au total, le bloc communal (communes et intercommunalités) a vu ses effectifs s'accroître de 26,1 % entre 2000 et 2011, soit 260.000 agents.

 

Faible inflation mais hausse des avaleurs locatives

Face aux cris d'orfraie poussés par les maires, le gouvernement tente de relativiser l'ampleur du choc. Premier argument, la dotation générale de fonctionnement (DGF) ne représente que 28 % des ressources des collectivités locales. Par ailleurs, celles-ci vont bénéficier de recettes fiscales «dynamiques». Les députés ont en effet voté en décembre une hausse de 0,9 point des valeurs locatives - qui servent de base à la taxe d'habitation et à la taxe foncière - pour 2015, supposée s'aligner sur l'inflation alors qu'elle devrait être proche de zéro. Bref, même si les élus ne relèvent pas leurs taux, les impôts locaux augmenteront quand même. Enfin, Christian Eckert estime que la baisse de la DGF devient «un peu moins insupportable» en raison de la faible inflation et de la chute des prix de l'énergie, qui allègent les dépenses des collectivités.

 

Dilemmes douloureux

Mais les maires n'en démordent pas, brandissant la menace d'un effondrement de l'investissement local (environ 70 % de l'investissement public). Il pourrait baisser de quelque 10 %, selon La Banque postale. Au-delà des jeux de rôle, les maires que « Le Figaro » a interrogés sont confrontés à des dilemmes douloureux. La nouvelle équation financière les oblige à faire des choix, en termes de dépenses de fonctionnement, d'investissements ou de fiscalité. Sous la pression, certains accentuent la traque aux coûts inutiles en se concentrant sur les missions essentielles. Ou ont commencé à réduire leurs effectifs, en ne remplaçant pas des départs. Mais du fait de l'inertie de la fonction publique, baisser la masse salariale prend du temps. De nombreux élus vont aussi être contraints de décaler des projets.

Plusieurs villes, enfin, ont déjà alourdi la fiscalité. D'autres résistent encore, mais craignent de ne pas tenir longtemps. «Peu de collectivités ont décidé d'augmenter la fiscalité en 2015. Mais nous anticipons une probable hausse en 2016 et 2017», prédit Olivier Régis, coprésident du forum pour la gestion des villes et des collectivités territoriales.

 

Source : leFigaro.fr  24-02-2015

 

 

 

 

 

Information MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous voulez être informé régulièrement sur les nouveautés mises en ligne sur ce BLOG ?..

Inscrivez-vous à la « Newsletter » (voir dans la colonne droite ci-contre)

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans FRANCE Société
commenter cet article

commentaires

facon 01/03/2015 15:51

J'espère au moins que votre maire qui a voté toutes ces décisions comme député ne rugira pas comme maire !! Encore que ?

echavidre 01/03/2015 22:20

Rien n'est moins sur car en général il ne manque pas d'air !...

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens